Des mesures annoncées face à la pandémie

par Laure Sauvage, mis à jour à 14:55
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn

La progression de la pandémie de Covid-19 a engendré des prises de décisions de l'État français. De nombreuses mesures sanitaires et économiques ont été annoncées. Synthèse.

Jeudi 12 mars au soir, dans son allocution télévisée, le Président de la République a annoncé la fermeture des écoles, crèches et universités pour limiter la propagation du virus. Outre les mesures sanitaires à respecter, il a incité les entreprises à mettre en place le télétravail pour les parents qui n'auraient pas de mode de garde.

Le Premier ministre a annoncé samedi soir la fermeture des commerces, lieux publics «  non indispensables  » pour limiter les rassemblements.

Lundi soir, dans une seconde allocution, Emmanuel Macron a annoncé l'état de «  guerre sanitaire  » et, par conséquent, le confinement de la population «  pour une durée d'au moins quinze jours  » ainsi que la limitation des déplacements au strict nécessaire  : domicile - travail, santé, achats de première nécessité, brève activité physique et sortie des animaux avec attestation signée à présenter.

L'objectif est clair  : écrêter le pic de l'épidémie pour pouvoir assurer les soins aux personnes touchées et limiter les contaminations. L'armée est mobilisée en soutien logistique et médical.

Face à l'impact économique du coronavirus, des mesures de soutien pour l'économie sont annoncées par l'État (45 milliards d'euros)  :

- le report des charges sociales  : selon la MSA, «  ​si votre date d’échéance est fixée entre le 15 et le 31 mars, vous pouvez reporter tout ou partie du paiement de vos cotisations. Aucune pénalité ne sera appliquée. Si vous êtes mensualisé, la MSA ne procédera à aucun prélèvement concernant votre échéance de mars et sans aucune démarche de votre part. Vous avez néanmoins la possibilité de régler vos cotisations par virement, en adaptant le montant de votre paiement à vos besoins. Si vous n'êtes pas mensualisé, la date limite de paiement de votre appel provisionnel est décalée jusqu’à nouvel ordre  »  ;

- le report du paiement de l'impôt sur les sociétés  : il faut pour cela demander au service des impôts des entreprises le report sans pénalité du règlement des prochaines échéances d'impôts directs (acompte d'impôt sur les sociétés, taxe sur les salaires). Pour les contrats de mensualisation de taxe foncière, il est possible de le suspendre dans l'espace professionnel ou en contactant le Centre prélèvement service  : le montant restant sera prélevé au solde, sans pénalité  ;

- le fonds de solidarité pour les TPE, budgété à hauteur de 1 milliard d'euros par mois (financé à hauteur de 750 millions par l'État et à hauteur de 250 millions pour les régions)  ;

- report des remboursements de crédits bancaires jusqu'à six mois  ;

- le gel des loyers et factures d'EDF pour les entreprises.

En cas de baisse d'activité de l'entreprise, cette dernière peut établir une demande d'activité partielle, induisant un chômage total (fermeture de l’entreprise) ou partiel (réduction du temps de travail des salariés) en fonction de l’ampleur du ralentissement de l’activité, ou des difficultés économiques de l’entreprise.

La demande d’activité partielle se fait via le site https ://activitepartielle.emploi.gouv.fr. La ministre du Travail a annoncé le «  remboursement total des rémunérations  ».

Agnès Laplanche

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages