Des patates douces franciliennes

par Laure Sauvage, mis à jour à 18:13
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Des patates douces franciliennes

Depuis quelques années, la production de patates douces se développe en Île-de-France. Guillaume Lenoble, maraîcher diversifié, présente cette culture en plein essor.

L’EARL Lenoble, exploitation maraîchère diversifiée du Domaine de Saint-Leu, à Périgny-sur-Yerres (Val-de-Marne), compte quatre associés, Guillaume Lenoble, son père Didier, sa mère Christine et son oncle Dominique.

Trois autres membres de la famille sont salariés parmi la vingtaine d’équivalents temps plein de la structure. La production s’étend sur 35 hectares, dont 15  % sous abris, et couvre une gamme complète de légumes, vendue à 100  % sur les marchés. « Nous faisons de tout, en proportion des ventes. Les fraises et les tomates, en saison, restent des produits phares », explique Guillaume Lenoble.

Depuis quelques années, 6  000 m2 de patates douces y sont produites, à la suite de la demande de la clientèle et du développement de variétés adaptées au terroir francilien. L'exploitation bénéficie également du suivi de vendeurs de plants, d’organismes techniques et de la chambre d’Agriculture.

La patate douce est un légume que les clients connaissent et apprécient pour sa saveur sucrée, en particulier les enfants.

Si cette culture est facile à mener, l’implantation et la récolte sont deux étapes délicates et qui nécessitent de la main-d’œuvre.

Le coût du plant est élevé et sa mise en place, courant mai (fin avril au plus tôt et début juin au plus tard en fonction de la météo) prend beaucoup de temps. « Nous n’arrivons pas à mécaniser la plantation qui se fait sur butte. La récolte est également difficile à mécaniser. C’est une production fragile. On la soulève juste à l’aide d’une machine. De plus, elle a lieu de mi-octobre à mi-novembre, donc souvent en période humide. Or, pour optimiser sa conservation, il est préférable de stocker ce légume quand il est sec », explique Guillaume Lenoble qui réalise chaque année des essais variétés.

25  000 à 30  000 pieds sont implantés par hectare. Plus on plante espacé, plus les tubercules sont gros.

La patate douce ne demande pas plus d’eau qu’un autre légume, mais ses besoins sont concentrés au moment du grossissement en août. Un seul ravageur pose problème  : les mulots, en culture et en stockage (à une dizaine de degrés).

Comme pour les autres légumes, les producteurs bénéficient de l’appui technique de la chambre d’Agriculture, d’organismes techniques, voire de semenciers.

En parallèle, depuis six ans de nouveaux légumes ont fait leur apparition ou ont été développés, soit pour répondre à la demande (la pastèque, le melon…), soit en la provoquant comme le radis de couleur.

Laurence Goudet-Dupuis

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages