Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Des résultats économiques en berne

par Laurence Dupuis, mis à jour à 12:19
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Des résultats économiques en berne

Le CERFrance nord-est/Ile-de-France a tenu sa réunion conjoncture le 4 novembre au Mée-sur-Seine. Les résultats économiques sont globalement peu élevés et catastrophiques en élevage.

« Persuadés de notre rôle de référent économique, la réunion conjoncture est un rendez-vous important pour nous, afin de faire le point sur la récolte et d’en mesurer l’impact sur la santé financière des exploitations de notre département tous systèmes confondus. Dans un contexte grandissant de mondialisation, il est important que chacun prenne conscience qu’il faut prévoir pour ne pas subir. La rentabilité de demain se prépare aujourd’hui ».

C'est avec ces mots que Charles-Auguste Benoist, président départemental du CERFrance NEIDF, a lancé le mercredi 4 novembre au Mée-sur-Seine le onzième rendez-vous de ce type avec les organisations professionnelles agricoles. 

Il en ressort que 2015 est une année très moyenne en grandes cultures et très mauvaise en élevage. « Si le rendement fait le moral des agriculteurs, c’est le prix qui fait le revenu », a résumé Jacky Brideron, directeur départemental.

L’impact du climat a de nouveau été prédominant sur la récolte 2015. Si les incertitudes liées au blé ont été vite balayées, les rendements (de 8,4 à 9,5 du sud au nord Seine-et-Marne) et la qualité étant au rendez-vous, il n’en va pas de même pour les autres productions.

À cette situation structurelle s’ajoutent des éléments conjoncturels — qui expliquent le marché et des prix qui déclinent. Le blé doit faire face à une forte concurrence des pays de la mer Noire et à des taux de protéines limites pour l’export, le prix du colza a progressé sur un an (+5 %) mais suit une tendance baissière actuellement (-8 % en trois mois), celui du sucre chute (-24 % en un an)… : autant d’exemples qui expliquent la situation de crise agricole.

Dans le même temps, le montant des aides Pac baisse, un mouvement en cours depuis 2010.

Face à cette situation, les résultats courants des exploitations agricoles seine-et-marnaises restent faibles mais variables d’une région à l’autre. La part de la sole betteravière a un impact marqué. Ces résultats sont calculés à partir d’une hypothèse de prix pour le blé de 150 €/tonne ; une variation de celui-ci de plus ou moins 10 €/tonne a une forte incidence (39 euros/ha en système betteravier par exemple). 

Ainsi, en système betteravier, on s’achemine vers un revenu courant moyen de 96 euros/ha contre 287 euros/ha en 2014, soit une baisse conséquente. 

En système céréalier, dans le nord Seine-et-Marne, on assiste à une stabilisation du revenu (143 euros/ha), à de légers redressements par rapport à 2014 et à une hausse  dans le centre (141 euros/ha) et le sud Seine-et-Marne (97 euros/ha). Seul ce dernier secteur sud tire son épingle du jeu en matière de revenu et de solde disponible grâce à une bonne maîtrise des charges.

Enfin, concernant les charges sociales, une grande disparité est à noter (-15 à -45 %). 

De son côté, Thierry Lemaitre, responsable du service études au CERFrance NEIDF, est revenu sur une enquête menée alors que le secteur agricole est en crise, tout comme l’économie française. Ces résultats portent sur des exploitations de différents types sur trois exercices.

Depuis 2012, les produits des exploitations en polyculture sont en décroissance alors que les charges restent stables, d’où une chute relativement importante du revenu. Les charges opérationnelles sont en légère hausse mais n’ont pas dérapé. Si les investissements sont moindres en 2014, l’autofinancement a disparu et, plus inquiétant, les emprunts nouveaux ne financent pas uniquement l’investissement. L’endettement à plus d’un an est stable, mais une croissance notoire de celui à court terme apparaît.

Le problème actuel de trésorerie a de multiples origines — surinvestissement, report d’échéances et structurelle au niveau des coûts de production — technicité, investissements lourds. 

« Avec la baisse des aides, la technicité de l’exploitant se révèle au niveau du résultat », a conclu Thierry Lemaitre, notant que des perspectives existent. 

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages