Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Deux Cuma viennent de naître en Yvelines et en Essonne

par Christophe Belhomme, mis à jour à 11:39
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Deux Cuma viennent de naître en Yvelines et en Essonne

Longtemps à la traîne, les Yvelines et l'Essonne témoignent d'une montée en puissance du partage de matériel dans les exploitations du sud francilien.

Signe que les choses changent, deux Cuma ont été lancées ces derniers mois dans le sud de l'Ile-de-France  : l'une spécialisée dans le maraîchage dans la plaine de Versailles (Feucherolles, Yvelines), l'autre dans la production de plants de pommes de terre à Gironville-sur-Essonne (Essonne).

Regroupant cinq structures (deux Gaec, une EARL et deux SCEA) la Cuma Gatiplan, initiée par l'exploitant d'origine nordiste Jean-Yves Dequeant, table sur la production d'environ 4 à 5 000 tonnes annuelles de plants de pommes de terre certifiés et garantis production française, le tout sur 120 hectares : « Le but est de produire des plans de pommes de terre qui correspondent aux normes pour pouvoir demain les exporter, soit à l'étranger soit les commercialiser localement auprès des exploitants du secteur », explique Mathieu Teixeira, animateur à la Frcuma Ile-de-France, qui est venu apporter son expertise sur le montage du dossier, tout en prodiguant un accompagnement sur les financements.

« Au départ, je voulais mener ce projet indivuellement en proposant du travail à façon aux autres agriculteurs mais l'investissement initial, trop lourd, m'a conduit à mutualiser ce dossier », souligne Jean-Yves Dequean qui a été bien épaulé par la chambre d'Agriculture.

Une première réunion organisée dans son exploitation en septembre 2016 devant une quarantaine de personnes a ainsi permis de trouver des exploitants intéressés par une éventuelle diversification : « Il y avait beaucoup de candidats intéressés mais le fait de devoir arroser au moment voulu, surtout à l'arrachage, a pu limiter les velleités, c'était la plus grosse contrainte car on n'avait pas tous l'arrosage », assure l'un des associés, Philippe Hottin, exploitant à Boutigny-sur-Essonne.

Mais cette pomme de terre demande beaucoup moins d'eau qu'une pomme de terre de consommation.   

Jean-Yves Dequeant, qui gérait une exploitation près d'Arras (Pas-de-Calais), est venu apporter son expérience sur un sujet qu'il maîtrise parfaitement.

La Cuma Gatiplan a déjà trouvé un acheteur, une organisation professionnelle qui recherche des surfaces, fixe et tarifie la production.  

Pour cette diversification agricole, la mise en commun de matériel a été constituée par un projet de création d'un hangar de transformation et de fabrication de près de 3 600 m2 au hameau de Gandevilliers, l'achat de chaînes de stockage (trieurs, conditionneurs, groupe froid, chambres froides), d'arracheuse et de planteuse pour un investissement en commun de 1,5 million d'euros. 

« On a déposé le permis de construire il y a trois semaines, il est conforme et les travaux devraient démarrer cet hiver. Le bâtiment devra être terminé au plus tard en février 2018 pour qu'il soit opérationnel lors de la prochaine campagne », souligne Jean-Yves Dequeant.

En l'attente de ces travaux, Gatiplan s'est replié chez Jean-Yves Dequeant pour démarrer sa production sur 80 hectares. Une production qui sera livrée pour partie à la mi-septembre à l'Afrique du nord.  

Portée par une dizaine de jeunes agriculteurs, essentiellement des producteurs maraîchers, la Cuma Plaine de Versailles, présidée par Thomas Paulmier a des ambitions plus modestes avec une vraie philosphie de partage du matériel.

Ce regroupement qui s'est effectué en début d'année, en lien avec la Maison de la plaine de Versailles, a permis l'acquisition en commun d'une planteuse à poireaux. De là sont nés d'autres projets dont l'achat futur d'un tracteur...

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages