« Développer la filière française du cornichon »

par Laure Sauvage, mis à jour à 11:33
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
« Développer la filière française du cornichon »

Responsable marketing et communication de Reitzel, Aline Martin explique la stratégie de l’opérateur industriel, dont l’une des usines est implantée à Montrichard-Val-de-Cher (Loir-et-Cher).

Horizons  : Pouvez-vous nous présenter votre entreprise  ?

Aline Martin  : Reitzel fabrique des condiments, principalement des légumes au vinaigre (cornichons, oignons, etc.). Outre des bureaux à Paris, nous avons des usines à Montrichard-Val-de-Cher (Loir-et-Cher) et à Connerré (Sarthe). Reitzel est une entreprise helvétique née en 1909. Elle est arrivée en France en 2000 lors du rachat de la société Guy-Briand. Nous employons plus de 120 personnes dans l’Hexagone pour un chiffre d’affaires de plus de 40 millions d’euros. Nous travaillons essentiellement sous marques distributeurs. Nous avons également nos propres marques  : Jardin d’Orante pour la grande distribution, Hugo Reitzel pour la restauration et les collectivités et Bravo Hugo pour le bio. Par ailleurs, via Jardin d’Orante, en 2016, nous avons relancé la filière française du cornichon.

Quelle est précisément l’activité de votre usine de Montrichard-Val-de-Cher  ?

Celle-ci emploie 70 personnes. Nous recevons des cornichons et autres. Nous fabriquons du jus de vinaigre, nous mettons le produit dans des bocaux, nous étiquetons et nous expédions dans nos différents réseaux. Le vinaigre est un conservateur naturel très ancien. Et grâce à l’activité condimentaire, on peut manger du légume de saison toute l’année.

Qu’est-ce qui a poussé Reitzel à relancer la filière française du cornichon en 2016   ?

Le cornichon est un symbole de la gastronomie française. Or les cornichons consommés dans notre pays proviennent d’Inde (80  %) et d’Europe de l’Est (20  %). Nous voulions remettre le cornichon à sa place d’origine. Ce fruit a été découvert au pied de l’Himalaya au début de notre ère. Il est arrivé en France au XVIIIe siècle et y a été produit jusqu’à la fin des années 1990. Sous l’effet de la mondialisation, les industriels se sont réapprovisionnés en Inde car trois récoltes par an sont possibles là-bas, contre une seule en France.

En quoi la production de cornichons est-elle difficile  ?

Dans la mesure où on ne savait plus produire du cornichon en France, nous avons mis en place des sécurités afin de recruter des agriculteurs. Deuxièmement, quand on développe le cornichon français et que les consommateurs pensent que nos concurrents sont également nationaux, briser le plafond de verre est difficile. Chez les autres, les cornichons sont peut-être conditionnés en France mais ils poussent en Inde. Or Reitzel s’inscrit dans une démarche de traçabilité, de filière et de création de valeur.

Le cornichon pousse uniquement entre 15 et 35  °C. On le plante en mai et la récolte a lieu en juillet et août. Celle-ci n’est pas mécanisable. De nombreux cueilleurs sont donc nécessaires. Par ailleurs, le fruit peut doubler de volume en une journée. Il faut donc passer plusieurs fois par jour dans la parcelle pour le cueillir à la bonne taille. Implanter durablement cette filière suppose de relever des défis culturaux et économiques.

Quelle est votre production  ?

Depuis quatre ans, nous avons connu une belle évolution. En 2016, nous avions 2 agriculteurs partenaires et 4 hectares pour une récolte de 60 tonnes, soit 110  000 bocaux. En 2019, nous avons atteint 20 ha pour une production de 850  000 bocaux avec 12 agriculteurs partenaires.

Recherchez-vous de nouveaux producteurs  ?

Le cornichon français pèse 1  % de part de marché. Les producteurs avec lesquels nous travaillons ont fondé une association, les Cornichonneurs français. Celle-ci est en croissance car nous cherchons à recruter chaque année de nouveaux partenaires.

À quel prix achetez-vous la tonne de cornichons aux agriculteurs et quel accompagnement mettez-vous en œuvre  ?

Le prix est une donnée confidentielle entre le producteur et nous. Je peux cependant vous dire qu’un cornichon français est six fois plus cher qu’un cornichon indien. Pour le rendre accessible, nous avons réduit nos marges et parié sur les volumes. Les agriculteurs bénéficient de trois sécurités. Premièrement, nous mettons un ingénieur agronome à disposition. Souvent, nous avons affaire à des maraîchers qui cultivent des fraises ou des asperges. Ils ont l’habitude de travailler avec des cueilleurs. Cependant, il faut apprivoiser ce fruit particulier issu d’une plante grimpante.

Deuxièmement, nous proposons une assurance-calibre. Nous sensibilisons les consommateurs à la naturalité du champ. Le marché demande du petit cornichon. Pendant vingt ans, nos concurrents ont promu un produit extra-fin. Or un cornichon double chaque jour de volume. Nous achetons tous les calibres aux agriculteurs et nous valorisons les produits à travers nos différents canaux. La troisième sécurité est l’assurance-récolte. Lorsque les agriculteurs ont une surproduction, nous achetons tout le volume. En cas d’accident climatique et de destruction de la culture, nous remboursons les frais engagés par l’agriculteur. Notre démarche s’inspire du commerce équitable même si nous ne sommes pas labellisés.

Quels sont vos débouchés  ?

Dès que les cornichons sont récoltés, ils arrivent dans notre atelier de production. Nous les lavons, nous les trions et nous les conditionnons. Via Jardin d’Orante, nous avons quatre bocaux avec des recettes vinaigrées (petits calibres) et aigres-douces (gros calibres). Nous mettons également des cornichons en boîte pour des restaurateurs et des industriels. Ces derniers fabriquent des sandwichs et des salades composées.

Quels sont les projets de votre entreprise  ?

Nous voulons développer la filière française du cornichon. Nous affichons l’origine de nos produits sur nos bocaux. Nous aimerions que nos concurrents fassent de même afin que les gens sachent ce qu’ils achètent. Tant qu’ils pensent manger français, notre filière ne pourra pas prendre la place qu’elle mérite. Par ailleurs, nous proposons le kit Mon cornichon maison. Celui-ci est vendu 3 euros sur le site Jardindorante.fr. Objectif  : faire pousser des cornichons chez soi. Les recettes sont reversées aux Cornichonneurs français  : une action qui existe depuis trois ans.

Propos recueillis par Olivier Joly

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages