EARL de la Nozaie  : conversion bio et vente directe

par Laure Sauvage, mis à jour à 13:48
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
EARL de la Nozaie  : conversion bio et vente directe

Inauguration d’une boutique à la ferme et conversion en agriculture biologique  : la ferme de la Nozaie, à Nonville (Seine-et-Marne), a évolué suite à l’installation d’Adrien et Romain, deux des fils de Marc et Christine Plouvier.

À la sortie de Nonville, petit village du sud de la Seine-et-Marne, le long de la départementale qui conduit à Montereau-Fault-Yonne, se dresse depuis décembre un joli bâtiment de bois  : la boutique de vente en direct de la ferme de la Nozaie.

La clientèle y trouve les produits de l’exploitation (poulet, agneau, porc, plats et terrines cuisinés en conserves) et ceux d’une vingtaine de producteurs du secteur (jus de pomme, bières, fruits et légumes, pâtes, miel…).

Cette exploitation de polyculture-élevage d’une superficie de 350 hectares – dont une cinquantaine en pâtures et jachères – en conversion bio (280 hectares depuis 2017 et 70 hectares depuis octobre) est gérée par la famille Plouvier  : Marc et Christine, les parents, et Adrien et Romain, deux de leurs trois fils.

L’assolement, classique pour le secteur (colza, blé, orge, betteraves), a dû être revu lors de la conversion en bio.

De nouvelles cultures ont ainsi fait leur apparition. Il se compose aujourd’hui de luzerne, blé, triticale, avoine, féverole, pois, orge de printemps, betterave, maïs et soja.

« Je me posais des questions depuis quelques temps. En effet, nous étions pris dans un étau  : d’un côté on nous demande de produire des protéines et de l’autre on ne peut rien mettre. Cela se révèle un exercice impossible dans nos terres peu profondes. J’étais perdu. De plus, le bio est aussi une demande sociétale. Je vivais mal le regard accusateur dès que je sortais le pulvérisateur. En vente directe depuis longtemps, je me retrouvais face à une équation insoluble face aux demandes, même si le bio reste un marché de niche », explique Marc Plouvier, qui a sauté le pas en 2017 lors de l’installation de son premier fils, Adrien, 25 ans, suite à un BTSA Acse(1) à Rambouillet en alternance.

« L’intégration de nouvelles cultures est motivante et le bio plus technique. Bref on apprend ensemble et le relais entre les générations se fait aussi mieux. »

L’an passé, Romain, 20 ans, les a rejoints. Après un bac professionnel dans le domaine de l’aménagement paysager, il s’interrogeait sur son avenir et a choisi de passer un BPREA(2) avant de revenir sur l’exploitation familiale.

Côté élevage avicole, la conversion a juste nécessité d’agrandir les parcours (4 m2 en extérieur, soit une surface de 2  800 m2 environ contre 2  000 m2 auparavant). Quant à l’alimentation elle est produite sur l’exploitation, les cultures étant en seconde année de conversion, il n’y a pas de problème.

Sur le parcours des volailles, les agriculteurs envisagent de planter des arbres et arbustes afin que les volatiles l’exploitent plus. En effet, la présence de couvert devrait les inciter à s’éloigner un peu d’un bâtiment.

Les volailles non vendues sont transformées en plats cuisinés ou terrines par un traiteur basé à Chemilly-sur-Yonne (Yonne), la Bourbonienne. « C’est un moyen de développer la gamme. Cela plaît aux clients. La demande existe », note Romain.

Concernant l’atelier ovin, lui aussi en bio, il se compose d’une centaine de brebis de race romane associée à des béliers Île-de-France. « Ce ne sont pas les races les plus rustiques mais nous sommes en bergerie et pâtures. L’alimentation provient, elle aussi, de l’exploitation », souligne Adrien Plouvier, passionné d’élevage.

La race romane, une race récente créé par l’Inrae, est prolifique et productrice de lait, mais sa conformation n’est pas exceptionnelle, d’où le croisement avec des béliers Île-de-France. L’agneau n’est pas la viande la plus facile à vendre. Seuls les agneaux sont vendus en caissette. Brebis et béliers, eux, sont transformés en merguez.

Les animaux sont abattus à Cosne-sur-Loire (Nièvre) puis découpés par le prestataire à Sully-sur-Loire (Loiret). La vente se fait en caissette de 8-9 kg de mars à mai tous les quinze jours, sur réservation.

Une réflexion est menée actuellement pour mettre en place deux périodes d’agnelage – et non une seule – afin de répartir les ventes sur l’année, mais une question est en suspens  : la demande existe-t-elle à l’automne  ?

Lancée en 2016, la production porcine monte en puissance. Aujourd’hui, deux bandes de 25 têtes sont élevées. Le broyeur de céréales utilisé pour les volailles sert également pour fabriquer la ration des porcs. Les animaux, issus d’un croisement (large white avec cochon blanc), sont élevés sur paille avec un parcours en extérieur. 

Les porcelets sont achetés à l’âge de deux mois chez un éleveur icaunais en label rouge, et sont vendus tous les quinze jours dans des caissettes de 5 à 10 kg avec différents morceaux.

Bien que nourris avec des céréales bio, ils ne sont pas vendus avec le label AB. Pour y avoir droit, la famille Plouvier devrait acheter des porcelets bio, donc issus d’un élevage éloigné, un non-sens à ses yeux.

L’ensemble des productions animales est commercialisée en vente directe, un moyen de valoriser les productions de cette EARL familiale.

L.G.-D.

(1) Analyse et conduite des systèmes d’exploitation.

(2) Brevet professionnel responsable d’exploitation agricole.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages