Échanges constructifs avec la profession

par Laure Sauvage, mis à jour à 13:11
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Échanges constructifs avec la profession

Une rencontre entre la préfète de Seine-et-Marne, Béatrice Abollivier, et des représentants de la profession agricole s’est tenue le 27 juin sur la ferme de Courberonne, à Jossigny.

Alors que la moisson débutait dans le département, la préfète de Seine-et-Marne s’est rendue sur la ferme de Courberonne, à Jossigny, jeudi 27 juin, à l’invitation de la profession agricole.

L’exploitation agricole et son histoire lui ont été présentées par l’un des membres du Gaec, Benoit Corman. La production de pommes de terre, historiquement présente, est maintenant destinée à la vente directe. «  Le point de vente permet de défendre la zone agricole en communiquant  », a expliqué l’épouse de Benoit Corman et présidente cantonale, Charline Corman, alors que l’exploitation se situe aux portes de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée et dispose de baux à titre précaire sur certaines parcelles.

«  Nous ne sommes pas une réserve foncière mais une exploitation qui a une activité économique. Chaque parcelle a son importance  », insiste l’exploitant.

Cette situation a été l’occasion d’aborder la question du foncier et du développement urbain alors que les exploitants demandent de la visibilité. «  Nous avons besoin d’une vision stratégique qui doit se régler au niveau régional et non départemental, note la préfète. La compensation agricole est l’occasion de redonner une vocation agricole à certains terrains  ».

À cela s’ajoute la problématique des dépôts de déchets sauvages. «  Nous ne voulons pas de la double peine  : subir les dégâts et payer l’enlèvement. Si des aides régionales existent, elles ne couvrent pas tous les frais engendrés  », a insisté Philippe Vandierendonck, exploitant agricole confronté dernièrement à un dépôt d’huile de vidange.

Il apparaît que seul un ensemble de mesures permettra de diminuer les effets.

Concernant la création d’une pré-Zad à Villaroche, la secrétaire générale de la FDSEA et présidente de la commission foncière de la chambre, Laurence Fournier, a rappelé que «  la profession n’accepte pas cet outil, qui ne permet ni à la Safer ni à la profession d’être prioritaire dans le rachat des terres et qui est contraire aux objectifs de zéro artificialisation  ».

Autre sujet évoqué  : les problèmes de circulation, notamment sur la nationale 3, où, sous couvert d’interdire les voitures sans permis, les exploitants agricoles ne peuvent plus accéder à leurs parcelles. Outre une tolérance durant la moisson, l’ajout de panneaux «  sauf engins agricoles  » est demandé en attendant de trouver une solution.

Enfin, deux sujets en cours de discussion au moment de la rencontre ont été abordés. D’une part, face aux «  injonctions du gouvernement et de la société française qui demandent au monde agricole de produire toujours mieux avec des normes sociales et environnementales strictes, il est incompréhensible de valider les accords du Mercosur  », a dénoncé Arnaud Rousseau.

D’autre part, à la suite du rejet par le conseil d’État d’articles de la directive Phytos, l’extension des zones où traiter serait interdit semble se dessiner. «  Où veut aller l’État  ? C’est très inquiétant  !  », a interrogé le président de la FDSEA 77, Cyrille Milard.

Contrôles, aires de grand passage, nuisibles, relations constructives avec les forces de l’ordre, demande de fauchage des jachères (lire encadré)… sont autant de sujets évoqués avec la préfète, qui a pris le temps d’écouter, d’échanger et d’expliquer la position de l’État sur un certain nombre de dossiers.

Laurence Goudet-Dupuis

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages