Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Élections régionales : seuls trois candidats à la rencontre du monde agricole 

par Marine Guillaume, mis à jour à 12:50
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Élections régionales : seuls trois candidats à la rencontre du monde agricole 

La rencontre entre profession agricole et candidats aux élections régionales s'est déroulée comme prévue le 19 novembre à Paris. Seuls trois candidats sur les sept invités ont pris part aux débats.

Les attentats du 13 novembre à Paris et le contexte difficile d'état d'urgence n'auront pas permis au monde agricole d'aller au bout des débats avec l'ensemble des candidats aux élections régionales.

La rencontre entre les deux parties s'est déroulée comme prévu le 19 novembre au siège de l'APCA à Paris mais seuls trois candidats sur les sept invités ont finalement fait le déplacement — les autres ayant interrompu leur campagne électorale ou ne souhaitant pas s'exprimer sur des sujets agricoles. 

« Nous avons maintenu cette rencontre car c'est la meilleure réponse collective à ceux qui voudraient nous faire taire. La démocratie ne doit pas reculer face à la barbarie », a soutenu le président de la FRSEA, Damien Greffin, avant d'appeler l'ensemble de la salle à respecter une minute de silence.

Une présentation des quatre défis et dix-huit propositions a ensuite éte faite aux candidats avant de leur laisser la parole pour une vingtaine de minutes chacun. 

Nicolas Dupont-Aignan, Debout La France

« Je propose de quadrupler le budget de la région consacré à l'agriculture pour arriver à cent millions d'euros. Une agence régionale de l'agriculture et de la ruralité sera créée sous le nom d'AgriParif pour offrir plus d'efficacité et de réactivité. À propos du foncier, il faut stopper ce projet fou du Grand Paris qui va conduire à un désastre financier et à une politique de bétonnage absurde. Je souhaite retravailler sur l'apprentissage et l'orientation des jeunes vers les filières agricoles, sur la transmission des exploitations et sur le développement des circuits-courts pour les cantines, notamment. Enfin, sur l'Europe, je prône le retour à notre liberté nationale. »

Valérie Pécresse, Les Républicains

« Mon plan d'économie prévoit quatre cent millions d'euros pour l'agriculture et la ruralité car on vous a trop longtemps considérés comme les jardiniers de l'Ile-de-France. Je créerai une vice-présidence à la Ruralité et à l'Agriculture. Le foncier est une préoccupation majeure et je plaide pour un fonds d'aide à la modernisation alimenté par les plus-values foncières liées à la perte d'espaces agricoles, naturels et forestiers. Je m'engage à ce qu'il n'y ait aucune norme supplémentaire imposée par la région, à vous aider dans la diversification de vos exploitations et à aller chercher à Bruxelles tous les crédits non appelés aujourd'hui et auxquels nous avons pourtant droit. »

Wallerand de Saint-Just, Front national

« Je défends le redéploiement de l'activité rurale et un guichet unique pour les démarches administratives. J'entends aussi aider à la création de start-ups dans le domaine agroalimentaire. S'agissant du foncier, les agriculteurs seront les premiers servis, on vous a trop longtemps traités avec du mépris. Une convention sera mise en place pour le déneigement et l'éradication des plantes nuisibles avec les agriculteurs volontaires. La région fera stopper les invicilités dans les champs, promouvra le métier et les productions. Enfin, un cahier des charges sera créé pour les cantines afin que la viande soit issue d'un abattage traditionnel. Ce n’est pas seulement l’empêchement d’une revendication communautarisme : c’est aussi la prise en compte de la souffrance animale. »

À l'issue des trois interventions, le président de la chambre régionale d'Agriculture, Hervé Billet, a remercié les candidats « d'avoir parlé d'agriculture aux agriculteurs présents », ajoutant :  « N'ignorez pas le monde rural qui est aujourd'hui venu à Paris pour vous entendre. Notre métier n'est pas un problème, il est au contraire source de solutions, pour capter le CO2, préserver le paysage, maintenir le tissu rural, développer l'emploi... Faites confiance aux professionnels et associez-les à vos futurs travaux. Vous nous avez dit ce qu'il fallait faire, maintenant, il faudra faire ce que vous avez dit. »

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages