Emmanuelle Wargon interpellée par les agriculteurs à La Saussaye

par Laure Sauvage, mis à jour à 19:36
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Emmanuelle Wargon interpellée par les agriculteurs à La Saussaye

La secrétaire d'État à la transition écologique, Emmanuelle Wargon, était en Eure-et-Loir vendredi dernier. La FDSEA et Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir l'attendaient de pied ferme à La Saussaye.

Après d'âpres négociations avec les autorités, la FDSEA et Jeunes agriculteurs ont obtenu deux choses le 20 septembre lors de la visite en Eure-et-Loir de la secrétaire d'État à la Transition écologique, Emmanuelle Wargon.

D'une part, qu'une délégation composée des présidents de la FDSEA et de JA, Bertrand Petit et Remi Rousseau, de Marion Marc pour les irrigants d'Eure-et-Loir, rejoints par le président de la chambre d'Agriculture, Éric Thirouin, soit reçue par elle.

Et d'autre part, que lors de son passage au lycée agricole de La Saussaye, à Sours, elle puisse discuter également avec une poignée d'agriculteurs.

Ce second point a été un peu plus difficile à obtenir. Il faut dire que la bonne centaine d'exploitants présents avaient amené une dizaine de tracteurs, des banderoles mais ont installé également quelques pendus dans les arbres de l'allée du lycée que la ministre ne voulait pas voir… Or, le cortège officiel s'est engagé dans l'établissement par une voie parallèle, évitant les pendus mais provoquant la colère des manifestants qui l'ont donc bloqué et obligé à faire demi-tour pour qu'il s'engage par le chemin prévu. Ce qu'il fit.

Ensuite, Emmanuelle Wargon s'est prêtée volontiers à l'exercice en rencontrant la délégation des manifestants.

Ceux-ci lui ont exposé leurs craintes concernant la mise en place de zones de non-traitement, ainsi que l'agribashing orchestré par la consultation publique sur ce sujet, dont ils pâtissent. «  Ce n'est pas le gouvernement qui oppose l'agriculture au reste de la population, a déclaré Emmanuelle Wargon. Nous avons besoin de cette belle agriculture française, nous avons aussi besoin qu'elle évolue tranquillement, au rythme qui est possible et nous la soutenons  ».

Sur les arrêtés  : «  Les arrêtés à 150 mètres, nous les combattons juridiquement et médiatiquement, même si nous avons du mal à convaincre, a concédé la ministre. Ces arrêtés, ce sont des coups de communication, je le dis, le gouvernement le dit, la ministre de l'Écologie le dit, le législatif le dit  ».

Mais on nous accuse de tous les maux, ont répondu les agriculteurs  : «  Il y a des gens qui sont très extrêmes dans leurs points de vue… Il se trouve que les médias les reprennent et que parfois ils jouent sur les peurs. Nous, à chaque fois, nous essayons de les reprendre, d'expliquer que nous avons des systèmes d'expertise scientifique, des formations, des normes de protection et qu'il ne faut pas jeter l'anathème sur l'agriculture  ».

Sur les ZNT  : «  Nous n'arrivons déjà plus à vivre de notre métier, alors si on nous enlève de la surface…  », ont argué les exploitants pointant le nombre de suicides de leur collègues. «  Sur la question de la distance minimum, ce sera de l'ordre de trois mètres, a précisé la ministre. Mais il faut attendre la fin de la consultation et on essayera d'avoir une réponse proportionnée. Mais tout ça, nous ne l'avons pas voulu, c'est parce que le texte précédent a été retoqué par le conseil d'État pour défaut de protection que nous sommes obligés de légiférer  ».

«  J'ai rappelé à la ministre que pour nous les ZNT c'était zéro, on n'en veut pas, a précisé à l'issue de la manifestation le président de la FDSEA, Bertrand Petit. Je lui ai rappelé qu'elle s'était engagée l'autre jour sur LCI en disant que ce n'était pas une question de distance. Je lui ai dit qu'il y avait déjà des produits qui indiquaient une distance d'épandage. Sur le délai de prévenance des voisins avant une intervention, nous avons dit niet aussi. Elle a eu l'air compréhensive quand on lui a expliqué tous les problèmes que ça pouvait engendrer  ».

Mais pour les deux syndicats, la lutte continue et des actions sont d'ores et déjà prévues dans les jours qui suivent.

Hervé Colin

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages