En Ile-de-France, l'installation des jeunes est totalement bloquée

par Marine Guillaume, mis à jour à 11:57
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
En Ile-de-France, l'installation des jeunes est totalement bloquée

En Ile-de-France, plus aucun candidat à l'installation ne peut réaliser son projet. Et cela dure depuis déjà quelques — trop longues — semaines. La faute au nouveau programme pour l'installation que la région Ile-de-France, avec l'État et l'Europe, tarde à mettre en place. Car désormais, ce sont bien les régions françaises qui ont à leur charge cette compétence. 

« Le début d'année 2015 est très compliqué pour les jeunes en matière d'installation », alertaient les Jeunes agriculteurs et la FRSEA Ile-de-France fin février au Salon de l'agriculture : « Les dossiers ne peuvent pas être déposés car il y a des formulaires manquants, la grille de dotation jeunes agriculteurs (DJA) n'est pas finalisée... et il n'y a pas de visibilité sur la date à partir de laquelle les candidats pourront déposer leur dossier complet auprès des directions départementales des Territoires (DDT). »

À ce moment, le président de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, s'était engagé personnellement à débloquer la situation et avait même adressé un courrier aux Jeunes agriculteurs. Mais depuis... rien. « Nous n'avons toujours pas d'information sur la signature de la convention tripartite entre le conseil régional, l'Agence de service et de paiement et les DDT. De plus, nous attendons toujours que l'Europe valide le Plan de développement durable Ile-de-France », précise le président de Jeunes agriculteurs d'Ile-de-France, Alexandre Ruèche : « Ce sont deux éléments importants qui bloquent le processus. Le président de la région nous avait certifié qu'il s'engageait à débloquer la situation pour mi-mars. »

Au total, une petite dizaine de candidats à l'installation serait bloquée dans son projet selon le président de Jeunes agriculteurs région Ile-de-France, Frédéric Lepesme. « Ils ont pu effectuer les premières étapes du parcours à l'installation mais ils sont bloqués à la phase finale. Cela peut avoir de lourdes répercutions pour eux mais aussi pour les cédants si la date de leur départ est repoussée. » Le 10 mars, Frédéric Lepesme a appris que « les DDT devraient pouvoir recevoir les dossiers à partir du 16 mars et qu'ils pourraient normalement être présentés en Commission départementale d'orientation agricole (CDOA). » « Cela fait beaucoup de conditionnel et puis, les jeunes ne pourront pas encore bénéficier de la DJA et des prêts bonifiés », note t-il.

C'est en tout cas une bien maigre satisfaction pour le syndicat. « Ce n'est absolument pas satisfaisant », s'accordent à dire les présidents. « Nous attendons de véritables engagements de la région car cela ne répond pas aux attentes des jeunes. À quand la véritable mise en place du nouveau programme pour l'installation ? »

Ancien conseiller technique en maraîchage biologique à la chambre d'Agriculture de l'Ile-de-France, Pierre-Alexandre Prieur projette de s'installer dans l'exploitation familiale à Feucherolles (Yvelines). Il est touché de plein fouet par le blocage de dossiers. « Mon installation en maraîchage et arboriculture est prévue début avril. Au départ, je devais passer en CDOA au mois de février mais cela n'a pas pu se faire car il manquait des documents à mon dossier. Une nouvelle CDOA est prévue en avril et mon dossier devrait y être présenté mais j'attends toujours un document manquant. C'est un papier qui est bloqué au niveau de la région. »

Pierre-Alexandre Prieur avait prévu une marge de deux mois dans le calendrier qu'il s'était fixé pour son installation. « Ces problèmes administratifs ont grignoté ces deux mois. Désormais, c'est beaucoup de stress pour moi ainsi que pour toute ma famille. » D'autant que le futur installé n'a aucune certitude sur ses conditions d'installation : « À propos de la DJA, je n'ai que des suppositions, aucune certitude, je me projette difficilement. »

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages