Énergie : « Faciliter la mobilisation des acteurs »

par Laure Sauvage, mis à jour à 18:52
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Énergie : « Faciliter la mobilisation des acteurs »

L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (Ademe) Centre-Val de Loire vient de publier son rapport d’activité 2019. Mohamed Amjahdi, directeur de l’entité, répond à nos questions.

Horizons : En 2019, l’Ademe a soutenu cent trente-cinq projets* pour quatorze millions d’euros  : un commentaire sur ces chiffres  ?

Mohamed Amjahdi  : Ceux-ci traduisent une dynamique de transition écologique et énergétique sur le territoire. L’Ademe et les différents acteurs souhaitent poursuivre leur action en matière de réduction de la consommation d’énergie, de développement des énergies renouvelables, d’économie circulaire et de méthanisation agricole.

S’y ajoutent l’alimentation et l’impact de nos modes de consommation. Nous avons une vision à 360 degrés de la transition écologique. Celle-ci exige une synergie entre les élus, les acteurs économiques et les associations. Les hommes et les femmes occupent également une place prépondérante  : nous sommes tous citoyens.

Quelle place accordez-vous à l’agriculture  ?

L’agriculture ne relève pas de notre compétence. Cependant, nous y entrons sous l’angle de la transition écologique et énergétique. En partenariat avec la chambre régionale d’Agriculture, nous accompagnons le développement de la méthanisation en Centre-Val de Loire.

En lien avec la Région et la Direction régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt, nous travaillons sur l’alimentation durable. Objectif  : inscrire ce sujet dans les plans climat-air-énergie territoriaux (PCAET).

Combien de projets de méthanisation avez-vous financés en 2019 ?

Nous accompagnons l’ensemble des projets (cogénération ou injection du gaz dans le réseau). Leur taille n’entre pas en ligne de compte. En revanche, nous œuvrons à ce que ceux-ci soient territoriaux et multiacteurs. L’enjeu  : apporter un service sur le plan énergétique et de l’élimination des déchets agricoles, fermentescibles et ménagers.

En 2019, avec la Région, dans le cadre du Feder (Fonds européen de développement régional), nous avons soutenu quinze projets. Depuis quelques années, la filière est devenue mature. Certains projets associent cinquante acteurs. En 2020, dix-huit projets** ont été déposés. Ceux-ci ont été soumis récemment à un comité de sélection.

Que pouvez-vous nous dire de l’industrie agroalimentaire  ?

De nombreuses entreprises produisent de la chaleur. Or une partie de celle-ci est perdue. On l’appelle la chaleur fatale. Question  : comment aider ces entreprises à optimiser cette énergie en la réinjectant dans leur process ou en trouvant une utilisation proche de leur lieu de production  ?

Avec l’Area (Association régionale des Entreprises alimentaires), nous sensibilisons ces entreprises. Certes, la crise actuelle n’est pas la meilleure période…

Justement, comment accompagnez-vous la relance de la filière agroalimentaire  ?

Pour 2020, l’Ademe dispose d’un budget conséquent. Nos priorités  : les énergies thermiques renouvelables, la gestion des déchets et le développement de l’économie circulaire. L’objectif est de faciliter la mobilisation des acteurs. Nous avons également des projets de mobilité durable.

Ainsi, le Département du Cher, avec de multiples partenaires, porte un projet relatif à l’hydrogène. Nous sommes à l’écoute des acteurs du territoire afin d’être le plus efficient possible.

Propos recueillis par Olivier Joly

*Ces projets représentent 73 millions d’euros d’investissements.

**Ces projets représentent 120 millions d’euros d’investissements. Les aides de l’Ademe devraient s’élever à six millions d’euros.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages