Et si les normes étaient nos alliées ?

par Estelle Bescond, mis à jour à 10:25
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Et si les normes étaient nos alliées ?

La FDSEA de Loir-et-Cher a tenu son assemblée générale le 5 février à Vineuil. Le thème : « Stop aux normes, libérez les agriculteurs ». Un sujet traité tout au long de la journée et auquel des pistes de réflexion ont été apportées.

« Utilisez votre énergie pour qu’on puisse faire le métier qu’on a choisi : celui d’agriculteur et non celui de bureaucrate qui peut être sanctionné sans présomption d’innocence. » C’est le message lancé le 5 février avec détermination par Didier Delory, secrétaire général de la FDSEA 41, lors de son assemblée générale qui se tenait au centre de formation des sapeurs-pompiers de Loir-et-Cher à Vineuil. Les agriculteurs se sentent noyés sous l’excès de normes et les contrôles abusifs. 

Selon des témoignages d’agriculteurs des différentes sections, regroupés dans une vidéo d’une dizaine de minutes, ce « trop-plein » empêche la production, la compétitivité et la visibilité. « Douze corps de contrôles peuvent intervenir sur une exploitation agricole », précise même Daniel Prieur, secrétaire général adjoint de la FNSEA et invité en Loir-et-Cher. Ce constat est partagé par le directeur départemental des Territoires, Pierre Papadopoulos : « Nous sommes à un tel niveau de complexité que nous en arrivons à l’incompétence. Mais ce ne sont pas les fonctionnaires ou les élus qui créent la complexité. C’est le système et la société qui imposent cette contradiction. »

Alors comment se sortir de cette situation ? Pour apporter des éléments de réponse et « prendre du recul sur le métier », Florent Leprêtre, président de la FDSEA, et son équipe, ont invité un spécialiste des questions européennes, Nicolas Ravailhe : « Il y a un décalage entre la vision française et la réalité européenne. En France, la norme est vue comme une réduction du risque et donc une sécurité juridique. Sauf que l’on porte atteinte à la volonté initiale en entravant les agriculteurs. » Dans une Europe en situation de guerre économique depuis 1987, les agriculteurs doivent eux-mêmes créer de l’expertise et utiliser les normes comme des armes d‘intelligence économique pour servir leurs intérêts.

« S’appuyer sur le droit et les procédures est une chose. Même si ce n’est pas dans la nature française, il faut aussi créer des alliances et travailler main dans la main avec différents acteurs. Tous seront une menace ou une opportunité », a insisté Nicolas Ravailhe au cours de son intervention qui a bousculé certains participants dans la salle. L’agriculture est une chance pour un pays, « elle vaut largement la bombe nucléaire », a appuyé Pierre Papadopoulos. Les agriculteurs doivent se faire entendre et comprendre.

« Pour le syndicalisme de demain, il faut que l’on change de braquet, on ne peut plus faire comme avant. Nous devons nous adapter au rythme d’aujourd’hui », a conclu Florent Leprêtre. Et, toujours, communiquer le bon sens paysan.

Retrouvez la FDSEA de Loir-et-Cher sur sa page Facebook.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages