Et un, et deux, et trois ?

par Agnès Laplanche, mis à jour à 18:04
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Et un, et deux, et trois ?

Après le triomphe des Bleus l’été dernier, c’est l’équipe de France féminine de football qui entre en piste le 7 juin, pour sa première Coupe du monde à domicile.

Les Bleues nous offriront-elles une nouvelle victoire en Coupe du monde de football, après le sacre de leurs homologues masculins en 1998 puis 2018 ? La Coupe du monde féminine a lieu du 7 juin au 7 juillet, pour la première fois en France.

En net essor depuis quelques années, le football féminin tricolore a connu une progression irrégulière. Impulsé par les féministes britanniques à la fin du XIXe siècle, il éclot en France en 1912 et s’impose juste après la Première Guerre mondiale. La Fédération française de football (FFF) refuse d’accepter les licenciées féminines, qui s'organisent en ligues indépendantes. En 1941, le régime de Vichy interdit aux femmes la pratique du football, jugée nocive.

Le football féminin renaît de ses cendres à la fin des années soixante. Les footballeuses participent à des tournois masculins et tentent d’obtenir davantage de reconnaissance, mais elles se heurtent à nouveau à l’hostilité des institutions. Le football est accusé de les enlaidir et de les viriliser. Les Bleues participent à une Coupe d’Europe puis à une Coupe du monde pirates.

La FFF intègre finalement le football féminin en 1970, et organise le premier championnat de France en 1974-1975. Le premier championnat d’Europe officiel a lieu en 1984 et la première Coupe du monde, en 1991. Le football féminin reste à cette époque peu considéré par la FFF, et sera longtemps absent des grands tournois internationaux.

En 1998, Aimé Jacquet initie la création du premier pôle féminin, qui permet aux jeunes joueuses de se former à la pratique de haut niveau au centre de Clairefontaine.

L’été 2011 marque un tournant. Pour leur deuxième Coupe du monde, les Tricolores réalisent un parcours impressionnant. Elles se classent à la quatrième place de la compétition, après un match de poule d’anthologie contre le Canada et une haletante séance de tirs au but en quart de finale face aux Anglaises.

Le public et les médias s’enthousiasment. La FFF lance alors un plan de féminisation et négocie les droits de retransmission télé des matchs de première division féminine. Le nombre de licenciées s’envole : 54 000 en 2011, 100 000 en 2016, 165 000 en 2018 (soit actuellement 7,5 % des effectifs totaux).

L’ascension du football féminin en France ces dernières années est liée au succès des Bleues en Coupe du monde ; elle doit aussi beaucoup à l’Olympique lyonnais. Le club de Jean-Michel Aulas investit depuis environ quinze ans dans sa section féminine, tant au niveau des salaires qu’en termes de préparation physique et technique. Avec succès : les Lyonnaises survolent le football français et européen. Elles viennent de remporter coup sur coup leur 13e championnat de France, leur 8e Coupe de France et leur 6e Ligue des champions.

Lyon fait cependant figure d’exception en matière de professionnalisation des joueuses. Le football féminin ne génère pas assez d’argent pour faire vivre un championnat pro, les budgets des sections féminines et les salaires demeurent très inférieurs à ceux des hommes. Le revenu moyen d’une footballeuse de première division oscille en France entre 1 500 et 3 000 euros brut par mois, contre 73 000 euros chez les hommes.

L’engouement croissant du public pour le football féminin se traduit par une affluence importante dans les stades. Au Mondial 2019, tous les matchs de l’équipe de France se joueront à guichets fermés. Et plusieurs médias - notamment L’Équipe, TF1, Canal +, RMC - ont pour la première fois prévu une large couverture de l’événement, mettant en place des dispositifs proches de ceux consacrés l’an dernier à la compétition masculine.

Les Françaises sont actuellement quatrièmes au classement mondial. Leur sans-faute en matchs de préparation peut laisser espérer un beau parcours. Mais pour conquérir leur première étoile, Eugénie Le Sommer, Wendie Renard, Sarah Bouhaddi et les autres devront se défaire des favorites : la sélection américaine, qui vise une quatrième victoire en Coupe du monde, et l’équipe d’Allemagne, gagnante aux derniers Jeux olympiques.

L’équipe de France affrontera la Corée du sud en match d’ouverture au Parc des Princes, le 7 juin. La finale aura lieu le 7 juillet, à Lyon.

Laure Sauvage

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages