Extension de la Carrière Calcia : les exploitants dans la rue

par Christophe Belhomme, mis à jour à 20:18
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Extension de la Carrière Calcia : les exploitants dans la rue

Samedi 14 octobre, une trentaine d'agriculteurs soutenus par les Jeunes agriculteurs, la FDSEA et la Chambre manifesteront à 13h30 vers la sous-préfecture de Mantes (Yvelines).

Depuis plusieurs semaines, une sourde colère monte dans les vallées de la Montcient et de la Seine, particulièrement entre les Mureaux et Mantes-la-Jolie (Yvelines).

Elle trouvera son point d'orgue samedi 14 octobre à Mantes-la-Jolie avec une manifestation de l'association vexinoise de lutte contre les carrières cimentières (AVL3C) à laquelle se sont associés la FDSEA et les Jeunes agriculteurs d'Ile-de-France.

En cause : un projet d'extension de carrière de calcaire cimentier dans le Parc naturel régional du Vexin français, au-dessus du village de Brueil-en-Vexin (107 ha exploités pendant trente ans dans une première tranche, sur un périmètre de 555 ha à terme, les communes de Sailly et Fontenay-Saint-Père sont concernées).

La demande d'autorisation environnementale a été déposée fin juillet par le groupe allemand HeidelbergCement (ex Calcia) auprès des services de l'Etat.

Actuellement, le calcaire qui alimente la cimenterie de Gargenville, près de Mantes, provient de la carrière de Guitrancourt.

En fin d'exploitation, elle a été partiellement transformée en centre d'enfouissement de déchets. L'industriel ne peut poursuivre son exploitation car la nappe phréatique de cette commune est protégée depuis 2008.

Pour le porteur du projet, il s'agit de maintenir l'activité de Gargenville, grâce à ce nouveau site de Brueil-en-Vexin situé à près de sept kilomètres de l'usine.

« Un projet structurant pour le territoire » souligne HeidelbergCement qui a conditionné le maintien de ses cent trois salariés sur les deux sites à de nouvelles extractions de calcaire.

Les élus, unanimes, dénoncent « trois millions de m³ de terres déplacées, des excavations de quatre-vingt mètres de profondeur pour atteindre le calcaire cimentier, des nuisances incommensurables (tirs de mine, camion à 350 m des habitations, à 600 m d'une école, sur un plateau classé paysage remarquable) et la destruction de terres agricoles d'une très grande qualité ».

Dans un courrier adressé au ministre Nicolas Hulot en juillet dernier, le nouveau député de la 8e circonscription des Yvelines, Michel Vialay, s'est positionné contre le projet et a alerté sur les nombreux risques à venir autant sur l'environnement (poussières) que sur les nappes phréatiques situées à seulement un mètre de la zone d'extraction projetée.

La cimenterie, d'implantation très ancienne, est située dans une zone très peuplée (onze mille riverains) et particulièrement polluée, avec des problèmes de pathologies et de surmortalités avérés, ce qui fait dire à de nombreux opposants qu'elle pourrait être reconvertie en une activité plus propre.

Côté emploi, les enquêtes menées par les associations de défense de l'environnement ont démontré un impact négatif pour l'emploi local dans le Vexin qu'il soit agricole ou touristique, et ce, de façon directe ou induite.

À Sailly, le golf 18 trous du Prieuré et l'étang de pêche du Moulin de Haubert à Brueil-en-Vexin, directement approvisionné en eau par la nappe phréatique, seraient directement menacés de même que la ferme Saint Laurent (Brueil-en-Vexin) : elle héberge une entreprise du BTP qui n'a pas non plus l'intention de déménager.

Selon certaines études, la mise aux normes et l'automatisation de la cimenterie de Gargenville aboutirait à la suppression de la moitié de ses effectifs.

Le conseil municipal de Juziers, qui abrite pour partie la cimenterie sur son territoire, s'est prononcé contre le projet d'extension des carrières à une large majorité (près de 70 %) à la mi-septembre.

La pollution aérienne dans la vallée, conséquence de l'activité industrielle continue, est jugée préoccupante par de nombreux élus et habitants.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages