Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Fabrice Gloux, poète-plasticien que l’on dit sculpteur

par Doriane Mantez, mis à jour à 17:48
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Fabrice Gloux, poète-plasticien que l’on dit sculpteur

Sculpteur, curieux sans retenue et surtout passionné, le Loir-et-Chérien Fabrice Gloux affronte toutes les matières et fait face à toutes les expériences. Le buste en marbre d'Olympe de Gouges, exposé à l'Assemblée Nationale, est l’une de ses créations.

Féru de littérature. Enfant et adolescent, Fabrice Gloux a dévoré les livres avec un appétit gargantuesque. « À huit ans, j'ai lu et appris « Le loup et le chien », fable de Jean de La Fontaine, j'ai su qu'il m'importait de vivre libre ».

Puis, arrivé en âge de rencontrer « les sorbonicoles », il s’est tourné vers un langage qu’il caractérise de « plus incarné » pour ne pas s’égarer, explique-t-il. « La sculpture, la confrontation avec la matière, ça ne trompe pas, on ne peut pas tricher, c'est ce que j'aime... ».

Étudiant, il a posé pour un sculpteur et cela lui a donné l'envie de s'essayer à cet exercice. « Cela a tout de suite été probant, je me suis dit que je venais de découvrir une grande joie et un don manifestement. ».

Curieux, Fabrice Gloux possède un savoir-faire pointu, acquis au fil des ans auprès de Compagnons du Devoir.

Mais, c’est la représentation humaine qui a amené Fabrice à la sculpture, et plus particulièrement l’art du portrait.

Il y a consacré ses premières années de sculpteur dans les années 90. « À 24 ans, j’ai croqué mon grand-père paysan et réussi son portrait. Ça, je l'ai compris dans ses yeux et dans ses propos : « je ne savais pas que l'on pouvait faire ça avec de la terre. », ses paroles ont été et demeurent le socle et la boussole de tous mes combats... ».

En 1997, il fut le premier Français à être remarqué et sollicité pour montrer des travaux (torpedohallen, labyrinth) à Copenhague, capitale culturelle de l'Europe.

Une carrière lancée dans un « brassage d'autres horizons et d'autres systèmes de pensées ».

Complices dans la création comme dans la vie depuis 10 ans, Fabrice Gloux et la peintre Jeanne Spehar partagent les mêmes valeurs au sein de leur atelier basé à Fortan, dans le Loir-et-Cher.

Amoureux de grand art, ils souhaitent produire de la beauté, émerveiller, réjouir.

Choisi par l'Assemblée Nationale pour représenter Olympe de Gouges, féministe guillotinée pendant la Terreur (premier portrait de femme au Palais-Bourbon), le couple a travaillé pour créer cette merveille.

Jeanne Spehar a effectué les recherches historiques sur lesquelles Fabrice Gloux s’est appuyé pour réinventer la physionomie d'Olympe de Gouges. « Nous formons un couple d'artistes aux goûts et aux réalisations éclectiques. ».

Pour ce poète-plasticien, mettre en image quelqu'un, c'est mettre en lumière, faire sortir de l'anonymat une personne, qui, de par ses actions, ses mérites, suscite un intérêt général. « Une exemplarité... digne de passer pour illustre. Tout comme Olympe de Gouges ! Puis quand le boulot est bien fait, on remercie le sculpteur, et il peut être illustré et devenir illustre ».

Désormais grâce à Fabrice Gloux et Jeanne Spehar, le Palais Bourbon a une touche artistique loir-et-chérienne.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages