Faire parler le sol d’une parcelle de colza

par Estelle Bescond, mis à jour à 14:52
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Faire parler le sol d’une parcelle de colza

Les analyses de reliquat en sortie d’hiver (RSH) battent leur plein. La terre, prélevée du sol, suit un parcours bien précis, jusque dans un tube à essais où elle est analysée.

9 h, -1°C. Sur une parcelle de colza de Montlivault, un conseiller de la chambre d'Agriculture de Loir-et-Cher s’adonne à un drôle de jeu. Il marche à travers champ, s’arrête à un endroit, pose trois seaux et enfonce une tarière dans le sol sableux. « L’objectif des analyses de reliquats en sortie d’hiver est de voir si la plante a absorbé tout l’azote ou s’il en reste de disponible jusqu’à la moisson », explique Christophe Beaujouan.

Avant de procéder au prélèvement, le conseiller a commencé par une pesée du colza pour en estimer sa grosseur. A priori, le colza ici est gros, voire très gros. « Je m’écarte des bords et j’avance perpendiculairement à la ligne du tracteur pour effectuer mes trois horizons, à 30, 60 et 90 centimètres. »  Le but est de prélever le plus loin possible, là jusqu’où vont les racines de la plante. Après avoir réitéré l’opération une dizaine de fois sur chaque prélèvement, Christophe Beaujouan transfère la terre dans trois sachets de congélation, les étiquette et renseigne les éléments sur une feuille.

Il se rend au laboratoire de la chambre d’Agriculture et range les prélèvements dans un congélateur « pour éviter que le cycle de l’azote ne reparte et que cela court-circuite l’échantillon du sol. » Élisa, au laboratoire, pèse vingt-cinq grammes de terre fraîche et en met une autre partie dans une capsule pour en analyser le taux d’humidité.

« L’humidité a une influence sur les résultats », précise Émilie, qui se charge pour sa part de prendre les vingt-cinq grammes pour effectuer l’extraction avec du KCL. L’opération effectuée, la même Émilie dépose les sachets soudés dans une caisse pour secouer la terre pendant une heure.

L’échantillon passe en centrifugeuse puis elle prélève la partie limpide, revenue en haut du tube à essais. Un logiciel analyse ce liquide et Christian en interprète les résultats. La feuille, avec tous les éléments renseignés ainsi que des conseils d’apport, est envoyée à l’agriculteur sous une semaine.

Sur au moins une des trois principales cultures en zone vulnérable (ZV), il est obligatoire d’effectuer une analyse RSH en cas de surface comprise entre trois hectares de surface agricole utile et cinquante hectares de Surface en céréales, oléagineux et protéagineux (Scop) en ZV et d’effectuer deux analyses si la surface est supérieure à cinquante hectares de Scop en ZV. S’il ne s’agit que de cultures non Scop uniquement en ZV, le RSH est remplacé par une analyse de matière organique ou d’azote total. Enfin, si ce ne sont que des prairies de plus de six mois en ZV, l’analyse n’est pas obligatoire.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages