Filière céréalière : produire plus, produire mieux

par Estelle Bescond, mis à jour à 15:22
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Filière céréalière : produire plus, produire mieux

La journée grandes cultures organisée par la FDSEA et JA de Loir-et-Cher a eu lieu le 19 janvier à Thésée. Les acteurs de la filière céréalière s'y sont inquiétés des bas revenus des producteurs céréaliers.

« 2014 se finit mal et 2015 commence avec des inquiétudes », a souligné Jean-François Isambert, secrétaire général de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), lors de la journée grandes cultures organisée par la FDSEA et Jeunes agriculteurs (JA), le 19 janvier à La Chapelle-Saint-Martin-en-Plaine. Le gouvernement a publié le revenu moyen d’un producteur de céréales : onze mille euros, soit les revenus les plus faibles jamais enregistrés pour la filière.

Dans ce contexte, et pensant aux zones intermédiaires, l’AGPB demande notamment une mesure compensatoire de cinquante euros sans contrainte particulière ou de revoir le calcul des indices de fréquence des traitements (IFT). « Soyons pragmatiques, formons nos agriculteurs, développons les outils d’aide à la décision et arrêtons de nous prendre pour des irresponsables », a déclaré Jean-François Isambert. La population mondiale n’a de cesse d’augmenter et la consommation avec. Les besoins en céréales s’accroissent donc, et la France a la chance d’avoir la plus faible variabilité de rendements dans le monde. Benoît Pages, d’Arvalis-Institut du végétal, a précisé que le Kazakhstan, par exemple, possédait une variabilité de 80 %.

« La France consomme en moyenne cent dix grammes de pain par habitant et par jour quand l’Égypte en consomme quatre cents grammes. Ce pays compte quatre-vingt millions d’habitants et en aura vingt millions de plus dans vingt ans. La France, qui exporte déjà la moitié de son blé, peut être présente pour répondre à cette demande. Nous avons en face de nous des marchés, des gens qui ont besoin de nous et c’est l’enjeu des prochaines années : produire plus, produire mieux », s’est exprimé Jean-François Isambert.

Patrice Auguste de l’AGPB est venu renforcer ces propos avec des chiffres : en 2050, les démographes s’accordent à dire qu’il y aura environ dix milliards de personnes sur Terre et malgré les aléas climatiques, la récolte de blé en France en 2014 « est au rendez-vous avec environ trente-sept millions de tonnes pour cette campagne et une tonne sur deux exportée dans un pays tiers ». La filière céréalière française crée dix-sept milliards d’euros de valeur ajoutée et quatre cent cinquante mille emplois. « Ce secteur mérite plus de considération de la part des pouvoirs publics », a insisté Patrice Auguste.

Selon Benoît Pages, les exploitations de production de céréales représentent deux tiers des productions françaises dont 40 % sont spécialisées. En conclusion de cette matinée  - qui a réuni une centaine de participants dont une cinquantaine de jeunes étudiants des lycées de Vendôme et de Nermont à Chateaudun (Eure-et-Loir) -, Benoît Pages a dressé les forces et les faiblesses de la France concernant la filière. Ses forces sont sa faible variabilité de production, la qualité des produits, une bonne organisation de la collecte, une bonne technicité, une recherche forte et une capacité d’innovation, des marchés de proximité, une stabilité politique. Ses points faibles sont les charges variables plutôt élevées par rapport aux concurrents, une dépendance aux aides et à la stratégie politique européenne, une baisse des outils de régulation de marché et des réglementations environnementales toujours plus importantes.

« Si nous voulons construire demain, il faut faire des prospectives pour se préparer à l’avenir. Il nous faut des leviers pour être compétitif », a conclu Florent Leprêtre, président de la FDSEA. L’après-midi, une cinquantaine de participants s’est rendue à la visite de l’EARL du Dolin, à Averdon.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages