FNSEA-JA : la mobilisation continue

par Laure Sauvage, mis à jour à 16:43
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn

« Les lignes commencent à bouger, il ne faut rien lâcher ! » La FNSEA Centre-Val de Loire mobilise ses troupes à l’appel de la FNSEA pour une action sur tous les territoires ou à Paris ce mercredi 27 novembre.

Une nouvelle action se déroulera sur tous les territoires ou à Paris ce mercredi 27 novembre. Trois points sont toujours au cœur de cette mobilisation syndicale pour laquelle deux actions ont déjà été réalisées les 8 et 22 octobre. Il s’agit  :

- des distorsions de concurrence liées à la signature d’accords commerciaux. «  N’importons pas l’agriculture dont nous ne voulons pas  » alors que de plus en plus de contraintes pèsent sur les agriculteurs,
- de l’agribashing, avec une minorité parfois violente qui prend à partie les agriculteurs qui travaillent et qui pénètre dans les exploitations sans y avoir été invité et dont les médias se font le relais  ;
- et enfin les surtranspositions qui font sans doute que la France a été reconnue comme l’agriculture la plus durable au monde mais qui ne se mesure pas dans la rémunération des agriculteurs.
Le sujet des zones de non-traitement illustre concrètement ces problématiques. Ce dossier a créé la polémique renforçant l’agribashing alors même que la profession avait proposé de signer localement des Chartes riverains pour expliquer les pratiques agricoles et les outils mis en œuvre pour protéger les riverains. Pour la FNSEA Centre-Val de Loire, la position est claire  : 0 m de zones non traitées et pas de délai de prévenance  !

Mobilisation à Paris et en province

Même si le Président de la République a donné quelques signes pour prouver qu’il entendait la colère des agriculteurs, il n’est pas question pour le réseau FNSEA-JA de se contenter de cela.

La FNSEA et les JA du Centre-Val de Loire attendent des réponses concrètes de la part de l’État. En cette période de travaux au champ, chacun peut participer à l’action en fonction de ses possibilités. Une action est organisée à Paris avec des tracteurs pour les départements les plus proches et en voiture pour les autres.

Des actions locales sont aussi organisées. Elles prendront souvent la forme d’actions de communication auprès du grand public. Chaque organisation départementale sera communiquée aux adhérents.

Des premières réponses à concrétiser

À la suite de la mobilisation du réseau, Emmanuel Macron s’est exprimé. Concernant la déconsidération des agriculteurs, le Président de la République a fermement condamné les dérives de l’agribashing en dénonçant les exactions commises par une minorité. Il a annoncé une réponse rapide et ferme des forces de l’ordre et de la justice en défendant le métier d’agriculteur  : «  Matin, midi et soir, nous avons besoin des agriculteurs donc défendons-les  !  ».

Le gouvernement doit immédiatement traduire ses paroles en actes en changeant la loi notamment sur le délit d’entrave.

Au niveau de la surtransposition, il a reconnu que l’agriculture française est l’une des plus exigeantes au monde vis-à-vis des normes. La pression instaurée grâce aux mobilisations a permis à JA + FNSEA de rencontrer la ministre de la Transition écologique et solidaire et des Transports pour négocier sur les zones de non-traitement.

Les accords de libre-échange n’ont pas été mentionnés bien qu’Emmanuel Macron ait condamné l’importation de produits qui ne respectent pas les standards français. Le travail auprès des sénateurs se poursuit pour qu’ils rejettent le Ceta.

Le Président de la République a également consacré une grande partie de son propos aux Egalim, en reconnaissant des résultats inégaux selon les filières, mettant en cause notamment des grandes enseignes commerciales et les transformateurs qui ne jouent pas le jeu.

Sur ce dernier point, chacun doit prendre la mesure du travail collectif indispensable du terrain pour aller discuter avec les opérateurs des filières des contrats équilibrés avec des indicateurs de prix basés sur les données notamment de coûts de production définis par les interprofessions.

Isabelle PINTENAT, FNSEA CVL

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages