François Hollande : « Je demande que soient contenues les extensions de zones vulnérables »

par Laure Sauvage, mis à jour à 14:07
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
François Hollande : « Je demande que soient contenues les extensions de zones vulnérables »

Avant le salon de l’Agriculture, un entretien avec François Hollande (extraits).

Agriculture et environnement sont opposés chaque jour et le monde agricole est montré du doigt alors que les règles ne cessent de se durcir. Comment respecter les efforts et les progrès déjà réalisés par les paysans ? Comment stopper la « surenchère » réglementaire sur le sujet ?

François Hollande : Les agriculteurs ont déjà fait de grands efforts en matière de respect de l’environnement. On n’avancera pas si l’on ne réconcilie pas l’économie et l’écologie ; l’enjeu, c’est de tirer parti de la science et des technologies pour valoriser les ressources rares et pour recourir à des produits moins nocifs ; c’est la définition même de l’agroécologie. Les agriculteurs s’engagent largement dans cette voie. Je souhaite que se diffusent les bonnes pratiques pour une agriculture compétitive tout en étant moins gourmande en énergies et en produits phytosanitaires.

J’entends aussi les inquiétudes sur la directive « Nitrates ». Après une décennie perdue à tergiverser avec Bruxelles, nous sommes sous la pression de contentieux communautaires qui pourraient coûter cher. Aussi je demande que soient contenues les extensions de zones vulnérables et surtout l’ampleur des investissements de mise aux normes. Ces investissements doivent constituer une opportunité de moderniser les élevages. D’ailleurs, les aides dans les zones vulnérables seront portées au maximum autorisé. Le classement en zones vulnérables de toute l’Allemagne n’a pas fait perdre son dynamisme à son agriculture. Elle s’est adaptée et est devenue encore plus compétitive.

Le Salon de l’agriculture est un grand moment de fusion avec le monde agricole, comment appréhendez-vous ce salon ? Voulez-vous lui donner un symbole particulier cette année ?

Le Salon de l’agriculture, c’est une formidable promotion des produits et du travail de l’agriculture française. C’est un moment d’échanges utiles avec les professionnels. C’est un endroit unique où la France des villes et des campagnes se rassemble pour célébrer la diversité de ses terroirs de métropole comme des outre-mer et pour rappeler l’importance que l’alimentation revêt dans notre mode de vie et dans notre économie.

En cette année où la France accueille la conférence sur le climat au mois de décembre, l’accent sera naturellement mis sur cet enjeu. Nourrir les hommes et les femmes, créer de la richesse et de l’emploi dans les zones rurales tout en préservant notre planète, c’est cela l’ambition de l’agriculture de demain.

Depuis les attentats terroristes, la France s’est réveillée apeurée. Et l’on a découvert que certaines zones rurales servent de base d’entrainement aux terroristes. Les vols en milieu rural ont, par ailleurs, explosé. N’a-t-on pas laissé les campagnes sans sécurité ?

Les drames de janvier ont révélé l’ampleur des menaces qui pèsent sur la France. Elles concernent tout le territoire et c’est pourquoi des moyens exceptionnels ont été dégagés pour assurer la sécurité de tous les Français, où qu’ils habitent, et pour identifier les individus dangereux où qu’ils se trouvent, en zone urbaine comme en zone rurale. Soyons lucides et vigilants mais n’alimentons pas de peurs exagérées. En revanche, nous devons vaincre l’isolement et répondre au sentiment d’abandon. Par ailleurs, le gouvernement est mobilisé face aux délits dont sont victimes les agriculteurs. Ils avaient doublé depuis 2007 : un plan d’action a été lancé il y a un an pour prévenir ces agissements, en mettant en place des dispositifs d’alerte et en luttant contre les filières qui commercialisent des matériels agricoles à l’étranger. Un « partenariat renforcé » entre la profession agricole et les acteurs de la sécurité s’est notamment concrétisé par la signature d’une convention entre la gendarmerie nationale et la FNSEA pour lutter contre la délinquance qui touche les exploitations. Ce plan a commencé à porter ses fruits puisque la hausse des vols touchant les exploitations agricoles a pu être contenue en 2014 et le nombre de faits élucidés progresse.  

Retrouvez dans l’édition d’Horizons de vendredi 20 février les autres thèmes abordés par le président : Sivens, l’Europe, la réforme territoriale, la compétitivité de l’agriculture française, le changement climatique…

(photo : François Hollande au Salon de l'agriculture en 2012)

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages