Gérard Allart : « Je me suis vu partir entièrement dans la machine »

par Marine Guillaume, mis à jour à 15:27
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Gérard Allart : « Je me suis vu partir entièrement dans la machine »

L’agriculture, c’est toute la vie de Gérard Allart. Né dans une famille de paysans en 1952, il a grandi « avec les céréales, les tracteurs et les vaches ».

Dès son plus jeune âge, il aide ses parents dans la ferme familiale de Seugy dans le Val-d’Oise, puis reprend l’exploitation à son compte à l’âge de trente-six ans. « Cent dix-sept hectares de céréales et près d’une centaine de vaches à viande. Un parcours assez commun en somme. »

Jusqu’à ce jour d’octobre 1997 où la vie de cet agriculteur bascule. « Je moissonnais mon maïs, seul, en plein champ. Pendant que la trémie se vidait dans la remorque, j’ai voulu gagner du temps et graisser les becs cueilleurs. C’était une habitude, on le fait tous. » Mais Gérard Allart glisse et est entrainé par la vis sans fin, sa jambe gauche en premier. « J’ai été complétement happé. Je me suis vu partir entièrement dans la machine », se souvient-il avec une émotion encore immense.

Il parvient malgré tout à se dégager et remonte sur sa moissonneuse « sans jamais avoir perdu connaissance ». Gérard Allart regagne alors le bord de son champ et, alertés par la grande vitesse de la machine, ses voisins comprennent qu’il est arrivé quelque chose. « Ils ont appelé les secours. Lorsque j’ai été pris en charge, il ne me restait qu’1,7 litre de sang dans le corps, j’étais intransportable. »

A 52 ans, il est alors perfusé sur place, plongé dans le coma artificiel puis amputé de sa jambe et passe quatre mois à l’hôpital et en centre de rééducation. « A ce moment-là, il y a deux façons de réagir. Soit on s’écroule, soit on se bat. »

L’agriculteur val-d’oisien confie qu’il a choisi de relever la tête, malgré « la douleur de l’épreuve ». Sa voix se brise lorqu’il raconte : « Quand je suis rentré à la maison, j’ai voulu monter sur le tracteur, mais je ne pouvais plus débrayer ».

Pour aller de l’avant, Gérard Allart a pu compter « sur le soutien de ses voisins agriculteurs et de la profession. Tout au long de ma convalescence, mes voisins ont cultivé mes champs. Et à mon retour, la FNSEA, à laquelle je cotisais, m’a offert un embrayage automatique. J’ai pu retravailler presque normalement. J’ai réussi à montrer que ce n’est pas parce qu’on a une jambe en moins qu’on ne peut plus être agriculteur. »

Il insiste aussi sur le soutien apporté par son assureur, Groupama, et par la MSA. « Mon invalidité a été reconnue, j’ai été accompagné et on m’a conseillé pour obtenir ma retraite anticipée. »

Aujourd’hui, Gérard Allart a cessé son activité et vit en appartement à Viarmes. Il reste malgré tout très impliqué dans l’agriculture — « ma femme possède encore trente-cinq hectares que nous faisons cultiver » — et effectue son cinquième mandat en tant qu’élu municipal. « Il m’a fallu affronter le regard des autres. Quel qu’il soit, ce regard, il faut le vraincre et réussir à le dépasser. C’est un véritable travail que d’apprendre à vivre en fauteuil mais aujourd’hui, je suis à l’aise partout. »

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages