Glyphosate  : un préfet à l’écoute des problématiques de terrain

par Laure Sauvage, mis à jour à 12:48
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Glyphosate  : un préfet à l’écoute des problématiques de terrain

Lundi 30 septembre, le préfet Pierre-Étienne Bisch s'est rendu au lycée agricole de Vendôme pour discuter du sujet épineux du glyphosate.

Dans le cadre de la mission Zéro glyphosate, le conseiller d’État Pierre-Étienne Bisch est allé à la rencontre des agriculteurs le 30 septembre à Areines.

À cette occasion, une trentaine de personnes étaient présentes pour l’accueillir sur les champs de l’exploitation du lycée agricole de Vendôme et entamer une discussion autour des plans de réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires et de sortie du glyphosate.

Nicolas Gandon, directeur d’exploitation de l’établissement, a profité de ce moment privilégié pour présenter la structure et les différentes pratiques mises en place depuis 2014 pour arrêter l’utilisation du glyphosate. «  Nous n’avons rien inventé. On a remis de la luzerne et de la betterave fourragère pour la gestion du désherbage et l’autonomie alimentaire en protéines du troupeau. C’est ce que faisaient nos grands-pères il y a deux générations, a-t-il expliqué au chargé de mission. Aujourd’hui, je ne veux pas reprendre le glyphosate. Mais s’il y a un souci, une année très compliquée à gérer et que je suis dans une impasse, je sais qu’il est là  ».

Et Pierre-Étienne Bisch de rétorquer  : «  Vous avez la bonne volonté de l'utilisateur, mais on ne fait pas une loi avec ça  !  ».

Didier Blais, céréalier engagé dans une mesure agro-environnementale phyto, est intervenu pour exprimer sa difficulté à faire sans le glyphosate. Faute de trouver d’autres productions avec de vrais marchés, il mène comme beaucoup d'agriculteurs une rotation colza, blé, orge  : «  Chez moi, il y a zéro charrue depuis vingt ans et de la culture sous couverts depuis cinq ans. Ma seule constatation, c’est que sans glyphosate, c’est chaud  ! Les terres finissent toujours par se salir…  ».

Après avoir évoqué le choix de cultures différentes, l’évolution des méthodes d’utilisation des produits, le recours au désherbage mécanique, etc., les agriculteurs ont profité de ce moment d’échanges pour se plaindre du discours politique et médiatique.

«  Avec cette histoire du glyphosate, vous avez mis le feu à la campagne et il faut trouver comment l’éteindre  !  », a lancé un agriculteur. «  Aujourd’hui, on a peur de sortir le pulvérisateur  ! Même dans un petit village, on nous montre du doigt, a souligné Didier Delory, président de la FNSEA 41. La confiance était là, ça se faisait naturellement, mais vos discours ont tout dégradé et aujourd’hui on a régressé dans les dialogues avec les riverains  ».

Arnaud Bessé, président de la Chambre départementale, a ajouté  : «  On ne part pas de rien  ! Il y a plein de chose qui se font, mais il faut rassurer les consommateurs ! Nous sommes des gens honnêtes et responsables. La France est une référence. Nous avons l’agriculture la plus sûre au monde et ça, ce n’est pas rien  ».

Le président de la Chambre régionale, Philippe Noyau, a ainsi conclu ce débat  : «  Aujourd’hui, on a des agriculteurs volontaires, des consommateurs qui veulent mieux consommer, c’est maintenant à l'État de ne pas faire rentrer n’importe quoi. Quand on aura signé ce contrat tripartite, alors là on pourra faire de belles choses  ».

Doriane Mantez

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages