Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Glyphosate, goutte d’eau qui fait déborder le vase

par Doriane Mantez, mis à jour à 12:26
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Glyphosate, goutte d’eau qui fait déborder le vase

La FDSEA41 et Jeunes Agriculteurs de Loir-et-Cher ont organisé une conférence-débat le 29 septembre dernier sur le thème au cœur de l’actualité : le glyphosate.

« Le glyphosate, si on en parlait ! » : tel était le titre de la conférence-débat organisée par la FDSEA et JA 41, vendredi 29 septembre au Crédit Agricole, à Blois.

« On aurait aimé plus de mobilisation ce soir sur la question préoccupante de l’homologation du glyphosate. On s’est donné la possibilité d’échanger et je regrette que l’on soit un peu entre nous », a déploré le président de la FDSEA de Loir-et-Cher.

Devant une salle peu fournie, des experts de qualité ont replacé le glyphosate dans son contexte.

Car comme l’a annoncé Patrice Auguste, chargé des relations terrain à l’AGPB : « Les Français se demandent pourquoi les agriculteurs ne sont pas contents. Et il est  fondamental de leur expliquer que le glyphosate est certes une molécule chimique, mais surtout un outil performant pour l’agriculture. La réalité est un peu plus compliquée que « les pesticides sont mauvais pour la santé ». À force de faire dans la simplification, on fait dans la confusion ! », explique Patrice Auguste.

D’après ses propos, cette molécule si décriée n’a pour le moment pas d’équivalent.

D’où l’inquiétude des céréaliers, entre autres, qui se sont lancés dans les années 90, confrontés à des prix très bas et à une distorsion de concurrence dans le cadre de la mondialisation.

La filière céréale représente 50 000 emplois sur le territoire français avec des exportations équivalentes à la vente de soixante-seize Rafales.

« Ce gouvernement souhaite donner de la compétitivité, mais ne fait qu’ajouter des contraintes. Le glyphosate, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase ! Les agriculteurs sont des entrepreneurs qui ont besoin de confiance. Et cette conférence rappelle que les agriculteurs s’inscrivent dans une démarche de progrès pour améliorer leurs pratiques au quotidien depuis vingt ou trente ans », a-t-il annoncé.

Après l’économie, le directeur de recherche de l’Institut du végétal Arvalis, Jean-Paul Bordes s’est exprimé sur un volet environnement et santé : « Il se dit beaucoup de choses sur le sujet du glyphosate et beaucoup de choses inexactes. Il est temps de faire la lumière dessus ! ».

L’intervenant a rappelé que  les risques engendrés par les résidus de glyphosate dans l’alimentation ne sont pas démontrés, au contraire de ses bénéfices.

Dans un second temps, Jean-Paul Bordes a expliqué en quoi l’utilisation de cette molécule pouvait aussi permettre des pratiques respectueuses de l’environnement.

En effet, cette molécule est utilisée sur les inter-culture ou pour détruire les mauvaises herbes et les vivaces.

« Sans glyphosate ou produit équivalent, les agriculteurs subiront un coût supplémentaire non négligeable de 70 euros par hectare et par an, en carburant. Ce n’est donc pas un simple impact économique, bien qu’important, mais c’est aussi un impact pour l’environnement », note-t-il.

Enfin, le président de la FDSEA 41 a conclu cette conférence en annonçant : « Nous, agriculteurs à la FDSEA, on ose le débat ! Ce sont tous les agriculteurs au sens large qui utilisent cette molécule. Nous devons expliquer les choses pour arriver à être compris. Il nous faut échanger, dialoguer avec les citoyens. Il faut arrêter de faire de l’idéologie ».

Pour aller plus loin, retrouvez dans cette vidéo le témoignage de Frédéric Thomas, agriculteur en Sologne. Il discute avec Florent Leprêtre (président de la FDSEA 41) de son métier et de l'impact de l'interdiction du glyphosate. Dominique Dhuy, maire de Nourray, s'esprime également sur ce sujet.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages