Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Groupama évoque la délicate question du don d'organe

par Marine Guillaume, mis à jour à 10:23
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Groupama évoque la délicate question du don d'organe

C'est un thème délicat que Groupama Paris/Val-de-Loire (PVL) a choisi d'aborder cette année. Un thème qui interroge, bouscule, effraie parfois, celui... du don d'organe.

Dans toutes les assemblées générales des caisses locales, une association est invitée ainsi qu'un représentant de l'agence de biomédecine. Mardi 12 mai, c'était le cas à Saulx-les-Chartreux (Essonne), à l'occasion des assemblées générales conjointes des caisses de la région de Montlhéry et d'Avrainville-Saulx. 

« Le don d'organes est un sujet d'actualité récurrent, un sujet de société sur lequel nous avons choisi de nous arrêter pour sensibiliser nos sociétaires », explique Thierry Lebouc. Le responsable institutionnel de la fédération Ile-de-France souligne toutefois : « L'objectif n'est pas de plaider pour ou contre le don d'organe. C'est simplement d'encourager à la réflexion et à la prise de position, quelle qu'elle soit, et ensuite, d'en faire part à ses proches pour qu'ils sachent quoi faire si un jour une mauvaise nouvelle arrive. »

Dans la salle ce soir-là, la présidente de l'association France Adot91, Vivette Hirsch est présente, ainsi qu'un bénévole de l'association, Lucien Vizzari, transplanté du foie il y a cinq ans. Tous deux sont accompagnés d'une infirmière coordinatrice, Céline Guérineau, de l'hôpital sud-francilien de Corbeil-Essonne, seul établissement de l'Essonne habilité pour les transplantations. 

« Moins de 2 % des décès en France ont lieu dans les conditions requises pour un don d'organe. Pourtant, lorsque cela arrive, c'est toujours de manière brutale et la famille est totalement désarçonnée pour répondre à la question du don lorsque, de son vivant, la personne n'avait pas pris position », explique Vivette Hirsch : « Quelle que soit votre position, faites-la connaître autour de vous, soit en vous inscrivant au fichier national des refus, soit en portant une carte de donneur. »

Dans la salle, après un temps de frilosité, les questions ont été nombreuses et Céline Guérineau a partagé son expérience, sans tabou. « La loi nous considère tous comme donneurs potentiels. Pourtant, elle nous oblige à avoir le consentement de la personne et lorsque celle-ci est en état de mort encéphalique, il n'y a plus que les proches pour parler. Dans les familles qui ne l'ont jamais évoqué, la réponse est souvent négative et nous observons aussi davantage de deuil compliqué dû à l'angoisse d'avoir “bien” ou “mal” répondu à la place du proche décédé. »

Et la professionnelle de santé ajoute : « En 2014 en France, vingt mille personnes ont eu besoin d'une greffe et seulement 5 327 transplantations ont été effectués. Nous sommes loin de répondre à toutes les attentes. »

Enfin, la conclusion est revenue à Lucien Vizzari qui a fait part de son vécu. « Un transplanté n'est jamais guéri mais il vit. Parler de don d'organe, c'est parler de la vie et non pas de la mort. » Pour chaque personne présente aux assemblées générales locales, Groupama PVL reverse un euro à une association de coordination hospitalière pour le don d'organe, dont France Adot91.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages