Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Harold Huwart : « J'envisage mon mandat comme une suite de décisions »

par Hervé Colin, mis à jour à 17:57
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Harold Huwart : « J'envisage mon mandat comme une suite de décisions »

Vice-président de la région Centre Val-de-Loire en charge de l'Agriculture et du Développement économique, Harold Huwart répond à nos questions au moment où se tiennent, à Bourges (Cher), les états généraux de l'agriculture.

Comment se déroulent vos premiers contacts avec le monde agricole ?

Harold Huwart : Nous avons rencontré les chambres d'Agriculture à plusieurs reprises, dans les départements ou en réunion de travail à Orléans (Loiret). À titre personnel, j'ai rencontré plusieurs groupes d'agriculteurs, notamment dans le Perche, pour avoir leur ressenti. Et nous avons surtout commencé à former des groupes de travail sur les sujets les plus urgents, particulièrement la conclusion des nouveaux contrats de filière.

Vous allez donc poursuivre dans ce sens ?

Oui, nous allons bientôt lancer le nouveau contrat grandes cultures, sur des bases nouvelles, issues des états généraux, et pour les futurs contrats bovins lait et bovins viande, nous sommes en train de prendre des mesures pour assouplir les critères d'action de la région de façon à faciliter l'accès des éleveurs aux aides de la région. Il y a urgence à le faire.

Des mesures concrètes qui pourraient intervenir quand ?

Dès le mois qui vient. Dans une situation critique comme celle que traverse l'élevage, les aides régionales qui prévoient un certain nombre de critères exigeants font que les éleveurs n'y ont plus accès et renoncent. Du coup, il y a des lignes de crédit qui ne sont pas consommées. Le bon sens veut que l'on prenne en compte le caractère d'urgence et que l'on simplifie chose. J'envisage mon mandat comme une suite de décisions, nous sommes tout de suite dans l'action.

Vous en avez donc déjà pris quelques-unes ?

Oui, concernant le financement de l'agriculture bio par exemple, j'ai obtenu un accord du cabinet du ministère de l'Agriculture pour pouvoir poursuivre le financement des conversions même si l'enveloppe est épuisée. L'enjeu est simple : les agriculteurs qui veulent se convertir doivent pouvoir le faire. Par ailleurs, nous allons travailler sur la base d'expérimentations concrètes sur des aspects du plan de développement rural qui ne l'avaient pas été jusque là...

Les conditions du financement de l'agriculture sont chamboulées par la loi NotRe, quelle va être la position du conseil régional ?

Nous avons rencontré à plusieurs reprises les responsables de chaque conseil départemental pour leur proposer qu'ils maintiennent leurs financements en 2016 en échange du fait que la région reprenne ces financements en 2017. Le financement des GDS, par exemple, est quelque chose d'indispensable pour l'activité agricole d'un département comme le nôtre. Nous avons trouvé des points d'accord avec la totalité des départements, ce qui n'était pas le cas au départ, la plupart partant dans l'idée qu'ils ne s'occuperaient plus d'agriculture... Et nous allons poursuivre, la loi permettant aux départements de continuer à financer des actions agricoles par le biais de conventions avec la région. Ce sera bientôt signé pour l'Indre et le Loiret et j'espère qu'il en sera de même pour l'Eure-et-Loir...

Qu'attendez-vous des états généraux de l'agriculture qui se déroulent à Bourges (Cher) le 10 mai ?

Nous avons besoin qu'au fil de ces états généraux et des réunions de travail, la profession agricole et la région se mettent d'accord sur une volonté, des axes communs et définissent assez clairement le rôle de la région. Nous avons vraiment voulu intégrer un volet agricole dans le schéma de développement économique que nous sommes en train de définir. Mais ces états généraux, c'est d'abord un cycle de travail sur des évolutions concrètes, opérationnelles, au service des acteurs économique de la région. Il y aura ensuite des réunions techniques pour affiner les propositions et déboucher à la rentrée sur des décisions. C'est une façon de redonner la main aux professionnels agricoles sur la définition des priorités.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages