Henri Chapon, sommelier du monde

par Laure Sauvage, mis à jour à 02:13
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Henri Chapon, sommelier du monde

Sommelier, Henri Chapon a travaillé à Monaco, en Angleterre et a visité tous les vignobles du monde. Nous vous faisons découvrir son parcours.

« J’ai passé un BEP au lycée hôtelier de Blois en 1986, raconte Henri Chapon. Ensuite, j’ai travaillé comme saisonnier et j’ai effectué mon Service national. En 1988, j’ai intégré le Grand-Hôtel de Monte-Carlo. J’étais serveur et j’ai commencé à m’intéresser à la sommellerie. Ainsi, j’ai remporté le concours du Meilleur jeune sommelier de Monaco  ».

L’intéressé se constitue un carnet d’adresses et, en 1991, «  saisissant une formidable opportunité  », il rejoint l’Angleterre comme chef sommelier au Manoir aux Quat'Saisons, à Oxford. «  J’ai contacté Gérard Basset, Meilleur sommelier de Grande-Bretagne et du monde. Il a vu en moi quelqu’un de volontaire et m’a permis d’avoir le poste.  » Notre interlocuteur a travaillé dans cet établissement pendant cinq ans.

Henri Chapon devient Meilleur sommelier de Grande-Bretagne et passe l'examen du Master sommelier, une sorte d'équivalent britannique du concours du Meilleur ouvrier de France. En parallèle, il suit une formation de deux ans en alternance au sein d’un organisme nommé WSET (Wine and spirit education trust, NDLR), de réputation mondiale. Le Français obtient l’équivalent d’une licence de connaissance et de commercialisation des vins.

En 1997, le sommelier ouvre un établissement pour le compte du groupe Hotel du Vin, deuxième de son secteur outre-Manche. Gérard Basset était un associé du groupe. Henri Chapon y a travaillé dix ans, finissant directeur de la restauration. L’intéressé avait trois cent cinquante personnes sous sa responsabilité.

«  En 2008, suite à la récession que traverse l’Angleterre, je reviens en France mais cela était aussi un objectif  », indique Henri Chapon. De poursuivre  : «  Outre-Manche, le monde du vin est plus ouvert qu’en France car on travaille avec des vins du monde entier. Vendeurs et distributeurs se connaissent et les deux parties doivent être gagnantes de la relation d’affaires  ».

Pendant quelque temps, notre interlocuteur a été associé chez Franck-Thomas Formation, à Antibes (Alpes-Maritimes), apportant son expertise britannique de la sommellerie et de la viticulture. En 2019, l’intéressé a revendu ses parts. Depuis, il travaille comme indépendant, effectuant des missions pour l’Organisme de défense et de gestion Touraine, etc.

Le professionnel décrit sa vision du métier de sommelier  : «  Être à l’écoute de la clientèle, connaître les vins qu’on vend et ne pas vendre uniquement ce qu’on aime. (…) Une belle vente n’est pas la plus chère mais celle qui convient au client. Progressivement, celui-ci monte en gamme par fidélisation. (…) Des écoles forment au métier de sommelier. Mais on n’y apprend que la théorie. Par conséquent, il faut s’adapter à l’établissement dans lequel on exerce. Des gens se découvrent aussi une passion et, en travaillant dur, y arrivent. Les concours donnent un niveau lorsqu’on n’a pas suivi d’études  ».

Henri Chapon poursuit  : «  J’ai visité tous les vignobles du monde  : Afrique du Sud, Chili, Californie, Argentine, etc. La réglementation y est plus souple qu'au sein de l’Union européenne. Un nom ne signifie rien. La qualité prime. Les vignerons sont de vrais amoureux  ! En France, nous sommes limités par les appellations, etc. À l’extérieur de l’Union européenne, on peut planter ce qu’on veut. D’où des coûts inférieurs et des volumes à qualité constante, peu influencée par les millésimes. La France offre une authenticité. Mais, pour les affaires, une continuité est nécessaire  ».

Parmi les vins les plus chers du monde, outre les produits du vieux continent, on trouve notamment des vins californiens. Des concurrents directs pour les producteurs de nos terroirs.

Olivier Joly

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages