Ici naquit Aphrodite

par Laure Sauvage, mis à jour à 13:14
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Ici naquit Aphrodite

Pétra tou Romioú est un site naturel qui frappe à la fois les yeux et l’imagination. C’est là, sur les rivages de Chypre, que serait née la déesse grecque Aphrodite.

L’enfilade de roches crayeuses posées sur la Méditerranée, les criques aiguisées, les herbes folles et la plage battue par les vents rendent spectaculaire le site de Pétra tou Romioú*. Nous sommes à 25 km du port antique de Paphos, sur la côte ouest de Chypre.

Pour les Grecs anciens, c’est ici qu’est née Aphrodite, déesse de l’amour, de la beauté et de la fertilité, fille d’Ouranos et de l’écume. L’empreinte de la déesse est très présente à Paphos. Des rues, des vins, des loukoums, des restaurants portent son nom. Et même le centre nautique !

Et pour cause : cette cité fut un important lieu de culte d’Aphrodite, peut-être même le premier.

Depuis le Néolithique, le site de Paphos a accueilli des rites en l’honneur de divinités de la fécondité, comme les orientales Astarté ou Ishtar, qui auraient inspiré l’Aphrodite grecque. Lorsque les Mycéniens arrivent à Chypre, au début du XIIe siècle av. J.-C., ils établissent un sanctuaire dédié à la déesse à Palaipaphos, l’ancienne Paphos, située dans l’actuel village de Kouklia.

Il sera pendant plus de quinze siècles l’un des plus importants centres religieux de la Méditerranée.

Des millions de pèlerins venus de tout le monde gréco-romain débarquaient à Paphos et parcouraient à pied les quinze kilomètres qui les séparaient du sanctuaire. Ils empruntaient un chemin bordé de laurier et de myrte, tout en chantant et en psalmodiant.

Une fois arrivés au sanctuaire, dont Homère décrit au VIIIe siècle av. J.-C. les « bois sacrés » et « les autels parfumés », les visiteurs étaient accueillis par des prêtres et des prêtresses et s’adonnaient aux Aphrodisies, des fêtes rituelles en l’honneur de la déesse. 

Plusieurs fois détruit par les tremblements de terre et plusieurs fois reconstruit, le sanctuaire de Palaipaphos est aujourd’hui un site archéologique où subsistent quelques vestiges. Des allées fleuries et odorantes, les bases d’un temple et de villas, un sol de mosaïques dans une maison romaine et un peu d’imagination donnent une idée de la majesté passée des lieux.

Un musée expose des objets issus des fouilles : souvenirs laissés par les pèlerins et reliques du sanctuaire.

On découvre ainsi une mosaïque représentant la reine de Sparte, Léda, avec Zeus métamorphosé en cygne, des inscriptions en écriture chypro-minoenne, ou encore un imposant sarcophage relatant un épisode de L’Odyssée : Ulysse et ses compagnons cachés sous des moutons pour s’enfuir de la caverne du cyclope Polyphème.

Surtout, on découvre une grosse pierre volcanique, noire et conique, polie par les mains des fidèles : ce bétyle sacré personnifiait Aphrodite.

Chypre tout entière est indissociable de la déesse. L’île lui a d’ailleurs donné l’un de ses surnoms. « Chypre » viendrait en effet du latin « cyprus », issu du grec ancien « kúpros », qui pourrait provenir du sumérien « zubar » (« cuivre ») ou « kubar » (« bronze ») ou du grec « kyparissos » (« cyprès »). De « cyprus » est venu « Cypris » : « la Chypriote », « femme d’une grande beauté », c’est-à-dire Aphrodite. 

Partout sur l’île, on trouve des traces de la divinité. Au musée archéologique de Nicosie, on peut admirer Aphrodite de Soloi (Ier siècle av. J.-C.). À Polis, un bassin d’eau douce, creusé naturellement dans une grotte de verdure, aurait abrité les amours d’Aphrodite avec le bel Adonis, fils d’un roi de Chypre. Boire l’eau de cette source donnerait l’amour et la jeunesse éternelle.

Un peu plus loin, un sentier pédestre, « Le sentier d’Aphrodite », permet d’accéder à Pyrgos tis Rigainis, où selon la légende la déesse aimait se prélasser après son bain. Autre exemple au village de Geroskípou, dont le nom se référerait aux jardins sacrés de la déesse, près de la mer, qui servaient de point de départ aux pèlerins débarqués à Paphos et prêts à prendre la route pour le sanctuaire de Palaipaphos.

*« La pierre du Grec », en hommage au héros byzantin Digénis Akritas qui aurait accompli là un exploit : jeter des rochers gigantesques devant les navires sarrasins qui menaçaient l’île.

Laure Sauvage

Pour en savoir plus sur les liens entre Chypre et Aphrodite, voici un extrait passionnant de L’Aphrodite grecque, une monographie de Vinciane Pirenne-Delforge, éditée en 1994 par les Presses universitaires de Liège.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages