« Il faut des mesures d'urgence fortes pour nos trésoreries »

par Laure Sauvage, mis à jour à 12:23
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
« Il faut des mesures d'urgence fortes pour nos trésoreries »

Le président de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir, Éric Thirouin, nous livre sa réaction après cette récolte catastrophique pour de nombreux exploitants.

« Tout le monde se focalise sur la betterave et oublie un peu le reste. En Scop*, c'est moins 25  % en moyenne pour cette récolte soit environ 60  000 euros de perdus. Nombre d'exploitations, qui ont déjà subi la catastrophe de 2016, vont se retrouver dans des situations inextricables. Au niveau local, j'ai déjà saisi la préfète, avec les syndicats majoritaires, pour qu'une cellule de crise soit mise en place. Elle devrait se réunir début septembre.

J'invite aussi l'ensemble des agriculteurs à envoyer un mail, à travers le site de la MSA, afin d'obtenir un report de leurs cotisations et éventuellement une prise en charge. Nous demandons aussi l'exonération de la TFNB, à obtenir une avance de 80  % sur les aides Pac pour avoir une bouffée d'oxygène pour nos trésoreries, et nous allons nous battre pour ouvrir un fond d'allégement des charges (Fac) le plus fort possible, qui puisse prendre en charge un maximum d'intérêts sur les emprunts souscrits par les agriculteurs. Ce sont des points usuels, habituels en cas de crise, mais indispensables à activer et il faut que les pouvoirs publics et les politiques nous y aident.

En fait, la situation est dramatique depuis 2012, qui a été la dernière bonne année. Le revenu moyen d'un exploitant en céréales et oléoprotéagineux en Eure-et-Loir est inférieur à 6  000 euros par an, depuis huit ans, c'est ça la réalité et ce n'est pas tenable. Nous travaillons en parallèle sur des mesures qu'il faut dégager à moyen terme. Il faut surtout que les revenus reviennent.

Pour ça, la Politique agricole commune doit rééquilibrer le soutien à des secteurs comme les nôtres. Il faut aussi que nous ayons un système d'assurance climatique qui soit beaucoup plus efficient que celui que nous avons aujourd'hui. Il faut ramener les seuils de déclenchement à ce que l'Europe a autorisé, c'est à dire 20  % et un taux de subvention à hauteur de 70  %.

Et redonner des perspectives de sources de revenus. Pour ça, il faut que l'on puisse valoriser la captation de carbone que l'on fait sur nos exploitations, avec un financement soit privé, soit public. Il faudrait aussi des soutiens pour développer les énergies renouvelables ou toute sortes de productions que les uns et les autres sont déjà en train d'imaginer depuis une dizaine d'années en Eure-et-Loir.

Mon cri d'alarme est vraiment aussi pour changer cette politique agricole destructrice, qui nous enlève année après année les produits phytosanitaires nous permettant de protéger nos cultures, qui nous empêche également d'accéder aux nouvelles technologies de sélection variétale, les NBT**, et qui nous met des bâtons dans les roues lorsque l'on veut créer des retenues d'eau l'hiver pour l'utiliser l'été, or face au bouleversement climatique, nous savons très bien que la maîtrise de l'irrigation est capitale.

Il nous faut donc des mesures d'urgence fortes pour nos trésoreries et en même temps un gouvernement qui nous redonne des perspectives de revenus, ce qui n'est pas du tout le cas aujourd'hui. Nous attendons du nouveau ministre, Julien Denormandie, qu'il face infléchir cette politique qui date d'une dizaine d'années en France.  »

Propos recueillis par Hervé Colin

*Système à base de céréales et oléo-protéagineux

**New breeding techniques

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages