Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Inondations : l'agriculture francilienne paye un lourd tribut

par Marine Guillaume, mis à jour à 17:07
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Inondations : l'agriculture francilienne paye un lourd tribut

En Essonne, Yvelines et Val-d'Oise, des dizaines d'exploitations agricoles, toutes activités confondues, ont été touchées par les inondations. La profession agricole s'est immédiatement mobilisée.

Des parcelles inondées, des cultures versées, des coulées de boue dans les céréales, des prairies submergées, des animaux les pieds (voire les genoux !) dans l'eau... : c'est le paysage désolant que les agriculteurs franciliens doivent désormais affronter depuis fin mai et les inondations qui ont frappé la région.

En Essonne, Yvelines et Val-d'Oise, ce sont plusieurs dizaines d'agriculteurs qui ont été sinistrés, parfois dans les maisons, les fermes, les hangars — toujours dans les champs. Les conséquences sont désastreuses. 

« Il y a deux cas de figure », confirme avec amertume Nicolas Galpin, sinistré en Essonne : « Soit la culture a été noyée et est fichue, soit elle est pourrie de maladie. » L'agriculteur est tout récemment retourné « dans les parcelles qui peuvent encore être sauvées » pour tenter de protéger ses cultures contre les maladies mais il est déjà bien tard : « Tout est envahi, cela va être difficile et nous allons perdre à la fois en rendement et en qualité. »

D'après un premier constat, les cultures de pois et de féverole seraient les plus impactées.  Du côté des cultures spécialisées là aussi, les dégâts sont nombreux. Un certain nombre de maraîchers a été sinistré et les arboriculteurs sont aussi durement touchés. Certains producteurs, notamment de fruits rouges, subissent une perte totale de leur production.

Enfin, les éleveurs doivent faire face à de fortes pertes de fourrages que ce soit dans les pâtures d'été ou les foins de l'hiver. 

Dans ce contexte, dès le lundi 6 juin, les représentants de la profession agricole francilienne ont multiplié les rendez-vous officiels. Le matin, les présidents de chambres d'Agriculture, de FDSEA et de JA d'Ile-de-France, de Seine-et-Marne et de l'échelon régional, ont été reçus par la présidente du conseil régional, Valérie Pécresse, puis, l'après-midi, par le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll.

À l'issue de cet entretien, Valérie Pécresse a annoncé plusieurs mesures. D'abord, elle demandera au conseil régional de se prononcer sur l'élargissement du dispositif (Rebonds) d'aide aux entreprises en difficulté aux exploitations agricoles gravement touchées et supportant des pertes non assurables. Elle a également promis d'aider les éleveurs à faire venir du fourrage d'autres régions en participant aux coûts de transport.

La profession agricole a par ailleurs obtenu de faire un bilan de campagne pour les grandes cultures à l'issue de la moisson.

Enfin, la présidente de la région a demandé au gouvernement d'obtenir de la commission européenne des dérogations pour le fauchage des jachères. 

De son côté, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a « demandé aux directions départementales des Territoires de se mobiliser pour fournir une évaluation des dégâts le plus rapidement possible ». Celle-ci permettra d'activer le fonds national de gestion des risques en agriculture pour les pertes de récolte éligibles (arboriculture, maraîchage, prairies) et les pertes de fonds.

« Un point de situation sera fait le 15 juin pour établir un calendrier adapté permettant le versement rapide des premiers acomptes », a précisé le ministre avant d'ajouter que les agriculteurs sinistrés pourraient bénéficier d'un report sur le paiement des cotisations sociales et d'un dégrèvement de leur taxe sur le foncier non bâti.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages