Inondations : les agriculteurs perdent patience

par Laurence Dupuis, mis à jour à 17:33
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Inondations : les agriculteurs perdent patience

Des exploitants agricoles se sont rassemblés à Bazoches-les-Bray (Seine-et-Marne) pour demander la reconnaissance de leurs départements en "cas de force majeure" suite aux inondations successives qu'ils ont subies ces dernières années.

Quatre-vingts agriculteurs venus des départements de Seine-et-Marne, de l’Aube, de la Marne et de l’Yonne se sont retrouvés au barrage de La Grande-Bosse à Bazoches-les-Bray vendredi 6 avril, répondant ainsi à l’appel à mobilisation lancé par leurs FDSEA respectives pour exprimer leur ras-le-bol face aux inondations à répétition depuis cinq ans alors que la prise en charge par l’État de ces intempéries ne bouge pas.

Leur objectif : demander que ces quatre départements, fortement impactés par les dernières inondations (24 000 hectares touchés cet hiver dont une partie est encore sous l’eau actuellement), soient reconnus en « cas de force majeure ». Cette reconnaissance permettrait aux exploitants agricoles d’activer les aides Pac (notamment les droits à paiement de base) sur toutes les surfaces inondées qui ne pourront pas être semées, ainsi que les surfaces détruites impossibles à ressemer.

De plus, alors que Seine Grands lacs, établissement gestionnaire des lacs réservoirs, a été pleinement transparent dans sa gestion avec un échange permanent avec la profession agricole depuis 2013, les agriculteurs présents ont souhaité porter un carton rouge, voire noir, à Voies navigables de France (VNF) qui a un fonctionnement opaque et qui agit de manière indépendante.

« Aujourd’hui, c’est une première manifestation à quatre départements que nous avons souhaitée pacifique, mais si nous n’avons aucune répercussion, nos actions monteront en puissance », prévient la secrétaire générale de la FDSEA de Seine-et-Marne, Laurence Fournier, aux côtés des présidents de l’Yonne, Damien Brayotel, et de l’Aube, Joël Hospital, également en charge du dossier inondations à la FNSEA, et du représentant de la Marne, Mathis Benoist.

« Notre exigence ne change pas. L’indemnisation des surfaces inondées est incontournable. Le rôle des terres agricoles en zone de sur-inondations doit être reconnu d’utilité publique. Sans ce service, Paris serait inondé » : tel est le message des manifestations dont la colère et parfois l’émotion face à certaine situation tragique se voient sur les visages à l’instar du témoignage de cette agricultrice auboise dont l’exploitation est entièrement sous l’eau et que plus aucune assurance ne veut couvrir.

Une heure plus tard, à l’aide d’un tracteur et d’une corde, les exploitants agricoles ont mis en place une action symbolique afin de montrer leur détermination : « Si rien n’est fait, nous reviendrons pour faire exploser ce barrage ».

Dans un second temps, après un bref passage dans l’enclos du barrage, les manifestants ont pris la direction du poste de commandement de VNF situé à Mouy-sur-Seine. La tension est montée d’un cran alors que personne n’était présent pour les recevoir.

À l’issue d’un ultimatum d’un quart d’heure et d’un échange avec le secrétaire général de la FNSEA, Jérôme Despey, les manifestants ont obtenu un rendez le 10 avril (mardi dernier) avec le directeur adjoint de VNF. Quant à la rencontre programmée le 12 avril entre cette structure et la FDSEA 77, elle était maintenue mais en présence de représentants des quatre départements car « à plusieurs, nous sommes plus forts ». Affaire à suivre.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages