Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Inondations : les organisations professionnelles et le préfet font le point sur la situation

par Estelle Bescond, mis à jour à 10:53
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn

Le 13 juin, la chambre d'Agriculture de Loir-et-Cher a tenu une session largement consacrée aux inondations.

« On devait être en mode projets mais on est en mode survie. » C’est par ces mots que le président de la chambre d’Agriculture, Philippe Noyau, a ouvert la session du 13 juin à Blois largement consacrée aux intempéries et inondations de ces derniers jours.

Cette session a permis aux élus de partager la situation sur le terrain, selon les secteurs et productions.

Elle a aussi permis de faire remonter les demandes et inquiétudes des agriculteurs : problème de commercialisation des fraises et d’approvisionnement des aliments en volaille et porc, difficultés supplémentaires pour les agriculteurs biologiques, jeunes plants de vigne asphyxiés par les sols trop mouillés, problèmes d’écoulement de l’eau notamment liés au non entretien des fossés, forêts détrempées et chutes de chênes sur les clôtures, quid de l’eau potable ?, du devenir des hectares non semés ?, du stockage de l’eau et des assurances ?…

« La nature, c’est 100 % de l’année. Donc il faut une prise de conscience de tous sur l’entretien de notre territoire », a alerté Blandine Terrier.

Au 15 juin, 153 communes ont été reconnues en état de catastrophe naturelle sur 283 et neuf autres devraient les rejoindre. Ce régime d’indemnisation n’est pas spécifique à l’activité agricole et est codifié dans le Code des assurances.

Aux agriculteurs dont le siège d’exploitation se situe sur l’une de ces communes, les organisations professionnelles agricoles (OPA) ainsi que la direction départementale des Territoires (DDT) conseillent de ne pas modifier leur déclaration Pac.

La chambre d’Agriculture a aussi fait une demande de reconnaissance en calamités agricoles et estime au minimum à 150 millions d’euros le montant des pertes de production, ajoutant : « Si la pluviométrie continue, on va perdre encore plus de volume. »

En dressant l’état des lieux de la situation, tous les élus avaient le même mot d’ordre : remonter le moral des agriculteurs, les aider à garder l’envie et trouver des solutions d’apaisement.

« Je tiens à remercier les pompiers, la DDCSPP, le conseil départemental et tous les services qui ont aidé. Bon an, mal an, la crise a été gérée. (…) À moyen terme, il faut tirer les leçons de tout cela. Nous pourrons travailler entre chambres consulaires car nous sommes liés par les métiers que l’on représente. Nous n’avons pas le droit de laisser des agriculteurs sur le bord de la route, il faut que l’on s’y mette tous », a conclu sur ce sujet Philippe Noyau.

En réponse, le préfet Yves le Breton est revenu, dans un premier temps, plus globalement sur les événements qu’a subi le département. « Dans certains secteurs, le Loir-et-Cher a connu des inondations sans précédents de mémoire humaine. Nous devons faire face à de lourds dégâts mais je tiens à souligner qu’il n’y a aucune perte humaine à déplorer, c’est important. »

Il a poursuivi : « La période la plus difficile et la plus longue est devant nous, il faudra l’expliquer aux gens. Je l’ai dit aux maires le 10 juin car ils sont le réceptacle de cette émotion. J’ai été sensible à vos remarques, notamment sur le soutien psychologique à apporter aux agriculteurs. »

Sur le court terme, le préfet souhaite poursuivre le travail déjà entrepris depuis un an avec la profession agricole et, sur le plus long terme, il prend note des sujets importants à traiter : la gestion de l’eau, le drainage et curage des cours d’eau, l’entretien des massifs forestiers, le système assurantiel à revoir.

Il note : « Il y a une vraie réflexion à mener. La semaine dernière, j’ai été marqué par les images de la Beauce : certains champs ressemblaient à des rizières. Le monde rural, avec ses difficultés, va de l’avant et le comice agricole à venir va être un moment pour réaffirmer notre confiance et notre foi dans l’agriculture. »

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages