Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Inondations : quelles indemnisations pour les agriculteurs ?

par Estelle Bescond, mis à jour à 18:07
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Inondations : quelles indemnisations pour les agriculteurs ?

Après les inondations qui ont touché le département de Loir-et-Cher, la FDSEA explique les modalités d’indemnisation des exploitants.

Au 15 juin 2016, 158 communes de Loir-et-Cher sont reconnues en état de catastrophe naturelle.

Le classement de la commune en état de catastrophe naturelle accélère le dispositif et la mise en paiement dans le cadre des contrats d’assurance de dommages (multirisques exploitation).

À condition d’avoir au préalable souscrit un tel contrat, les assurances doivent prendre en charge les pertes de récoltes, les dommages aux véhicules, aux bâtiments d’exploitation et les pertes de cheptel (pour les animaux dans les bâtiments).

La déclaration de sinistre et un état estimatif des dommages doivent être transmis à l’assureur au plus tard dix jours après la parution de l’arrêté de classement en catastrophe naturelle.

Les compagnies d’assurance doivent indemniser les exploitants dans un délai maximum de trois mois à compter de la déclaration de sinistre.

Le cas de force majeure permet aux exploitants de déroger aux obligations liées à la Pac et la conditionnalité et donc, de conserver l’éligibilité des surfaces inondées aux aides directes (DPB et paiement vert) et le bénéfice des surfaces d’intérêt écologique (SIE) et des assolements déclarés.

Aujourd’hui, la reconnaissance des cas de force majeure est automatiquement liée aux arrêtés de catastrophe naturelle. Ainsi, un agriculteur victime d’inondations et situé dans une commune reconnue en état de catastrophe naturelle pourra continuer de bénéficier des aides sur les parcelles concernées et des SIE et assolements déclarés.

La profession agricole a demandé le bénéfice « automatique » de cette mesure sans demande individuelle et attend réponse.

Tout agriculteur ayant subi d’importants dégâts dont la commune n’est pas encore classée en catastrophe naturelle est invité à inciter sa commune à déposer sa demande d’ici à fin juin 2016. Dans le cas contraire, il devra faire la preuve de l’existence d’un cas de force majeure.

Le dispositif « calamités agricoles » permet d’indemniser les dommages qui ne sont pas assurables. Les dommages pris en charge au titre des calamités agricoles sont les pertes de cheptel en plein air, les pertes de récolte pour les cultures non assurables, les pertes de fond pour les cultures pérennes ou encore les pertes de récolte sur les cultures fourragères.

Le classement en calamités agricoles intervient sur décision du ministre de l’Agriculture suite à une procédure d’enquête lancée par le préfet. La FDSEA et JA ont demandé la reconnaissance en calamités agricoles du département — demande qui sera traitée en comité national dans les prochaines semaines.

À compter de la publication en mairie de l’arrêté de reconnaissance en calamités agricoles, les exploitants agricoles ont trente jours pour déposer leur demande d’indemnisation auprès de la direction départementale des Territoires (DDT).

FDSEA 41

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Le glyphosate en questions

  • Le glyphosate en questions
  • Le glyphosate en questions
  • Le glyphosate en questions
  • Le glyphosate en questions
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages