Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Intempéries : Xavier Beulin soutient les agriculteurs de Loir-et-Cher

par Estelle Bescond, mis à jour à 17:41
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Intempéries : Xavier Beulin soutient les agriculteurs de Loir-et-Cher

Le 3 juin, le président de la FNSEA s’est rendu dans le sud du Loir-et-Cher afin de soutenir les agriculteurs et viticulteurs touchés par les intempéries et le gel.

Suite aux intempéries et inondations qui ont durement touché le Loir-et-Cher la semaine dernière, le président de la FNSEA, Xavier Beulin, est venu dans le département le 3 juin afin de constater les dégâts et recueillir les inquiétudes des agriculteurs sinistrés.

Tous espèrent que la reconnaissance en catastrophe naturelle ou calamité agricole soit reconnue : « Il faut rappeler que les terres sont des champs d’expansion de crue naturelle mais dessous, ce sont des pertes économiques. »

En présence du directeur départemental des Territoires (DDT), Pierre Papadopoulos, le président de Jeunes agriculteurs, Camille Lecomte, a pointé du doigt la réglementation autour de l’entretien des cours d’eau : « Nous devons avoir un cadre spécifique sur les cours d’eau et leur entretien, c’est primordial. »

Cette nouvelle catastrophe fait suite au gel qu’ont subi les viticulteurs fin avril.

Sur une parcelle de Thierry Gosseaume à Choussy, Xavier Beulin — entouré d’agriculteurs et viticulteurs du canton, du président de la chambre d’Agriculture, Philippe Noyau, de celui de la FDSEA, Florent Leprêtre, et de deux conseillers départementaux, Pascal Bioulac et Jacques Marier — a pris note de différents points sur lesquels travailler : l’importance de rendre possible l’achat de raisin, le report des annuités et la prévention grâce à l’investissement dans différents dispositifs comme les tours anti-gel. Sur le report des annuités, Xavier Beulin voudrait profiter de l’étendue de l’année blanche — possible jusqu’au 31 octobre — pour l’ouvrir aux viticulteurs par le biais d’un régime dérogatoire.

Sur la fiscalité, il ajoute : « Notre idée de transformer trois exercices en un afin d’écrêter les prélèvements est en train de mûrir à Bercy. Ce sujet fiscal est fondamental car ces aléas climatiques sont de plus en plus récurrents et violents. »

Le président de la FNSEA a même invité les ministres ou personnes de l’administration à « mettre les bottes comme on le fait aujourd’hui ». En attendant, c’est lui qui fera remonter tous ces sujets au ministère de l’Agriculture.

Le lendemain, François Hollande, s’est rendu à Romorantin pour rencontrer les personnes sinistrées de cette commune particulièrement touchée. Il a notamment eu un mot pour les agriculteurs : « Beaucoup d’exploitants ont perdu, ou leur cheptel lorsqu’ils sont éleveurs ou leur vigne quand ils sont viticulteurs. Nous aurons aussi à évaluer l’importance des dégâts. » Ce mercredi, la question de la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour plusieurs communes devait être à l’ordre du jour du conseil des ministres. 

Le 7 juin, le premier ministre Manuel Valls a annoncé à Montargis (Loiret), aux deux tiers inondée, que trente millions d'euros de crédits publics seront débloqués au titre de l'aide d'urgence. Deux autres fonds devraient être débloqués, l'un pour les filières agricoles et l'autre pour les collectivités territoriales.

Le président du conseil régional, François Bonneau, a par ailleurs annoncé la mise en place d’un fonds d’urgence solidarité d’un million d’euros qu’il proposera au vote des élus régionaux.

Il a adressé le 3 juin, un courrier au préfet de région sollicitant la reconnaissance de catastrophe naturelle afin que les dommages causés aux agriculteurs sur leurs bâtiments, leurs récoltes, leurs machines et leurs animaux soient reconnus. Pour les artisans, commerçants, PME, agriculteurs, François Bonneau devait faire le point ce 8 juin avec les chambres consulaires : il devait y proposer la mobilisation totale des différents outils en faveur des acteurs de l’économie régionale.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages