Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Intérêts et écueils de l'agriculture de conservation des sols

par Marine Guillaume, mis à jour à 17:26
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Intérêts et écueils de l'agriculture de conservation des sols

Près d'une centaine de personnes a assisté à la journée dédiée à l'agriculture de conservation des sols, le 19 juin à Saint-Léger (Yvelines).

S'affranchir du labour, développer l'activité biologique des sols, mettre en place des couverts imposants... autant de notions qui composent le quotidien des agriculteurs qui pratiquent l'agriculture de conservation des sols.

Une méthode à laquelle s'intéresse la chambre d'Agriculture de l'Ile-de-France. Celle-ci a organisé une journée sur ce thème, vendredi 19 juin à Saint-Léger-en-Yvelines.

Près d'une centaine de personnes était présente pour écouter le témoignage de Frédéric Thomas. Agriculteur en Loir-et-Cher, il pratique l'agriculture de conservation depuis plus de quinze ans. « J'ai fait des études agricoles puis je suis parti voir ce qui se faisait ailleurs, aux États-Unis et en Australie », raconte Frédéric Thomas : « Lorsque je suis revenu en France pour succéder à mon père, j'ai trouvé des terres médiocres et il me semblait que le non labour pouvait être une solution. »

Le Loir-et-chérien s'essaie d'abord sur une parcelle, celle du Près-des-fontaines, à partir de 1998. « J'ai vu les premiers essais positifs en 2002 », précise t-il. À ce stade, il convertit progressivement la totalité de son exploitation, créé sa propre plate-forme de compost et enchaine les essais de couverts et de semis direct à la recherche des meilleures combinaisons.

« L'idée maîtresse de l'agriculture de conservation doit être celle du respect des sols. Ils ne peuvent pas tout supporter », insiste à plusieurs reprises Frédéric Thomas : « Et le changement ne peut pas s'opérer d'une année sur l'autre. Certains se mettent par exemple au semis direct et cela ne fonctionne pas la première année, tout simplement parce que la terre n'est pas prête. Il faut des années pour développer l'activité biologique des sols, préserver la matière organique... »

Ainsi, toute la matinée, l'agriculteur a dévoilé les secrets de sa réussite : les alliances de semences de couverts qu'il utilise pour produire de la biomasse (tournesol, lin, phacélie...), ses semis, ses rotations, ses analyses de structure de sol... et la gestion de l'eau de ses terres, bien meilleures que celles de ses voisins.

À travers d'innombrables photos prises sur son exploitation et partout en France où il est intervenu pour apporter des conseils, Frédéric Thomas a apporté un éclairage précieux aux agriculteurs franciliens qui s'interrogent sur cette technique et envisagent de l'adopter.

La journée s'est poursuivie l'après-midi par la tenue d'une commission Environnement, présidée par Luc Janottin. Celle-ci avait pour objectif de réfléchir à l'impact de l'agriculture de conservation sur l'environnement et en particulier sur la qualité de l'eau. Frédéric Thomas et Jérôme Labreuche, un technicien d'Arvalis, sont intervenus pour apporter des éléments de réponse, notamment sur les risques — moindres ou accrus — de transfert de nitrates ou de produits phytosanitaires vers les eaux souterraines et les eaux superficielles dans les systèmes de conservation des sols aboutis et techniquement maîtrisés.

Des questions très pointues ont été abordées telles que « le couvert d'intercultures réduit-il les risques ? » ou « l'agriculture de conservation conduit-elle à mettre moins d'intrants ? »

Les agriculteurs membres du groupe Casdar agriculture de conservation étaient conviés à cette réunion de travail, certains d'entre eux étant concernés par des aires d'alimentation de captage. Les échanges ont été particulièrement riches et le bureau Agro-environnement de la chambre d'Agriculture va poursuivre la réflexion et les actions autour de l'agriculture de conservation.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages