JA 77 : sécuriser son installation pour pérenniser son exploitation

par Laurence Dupuis, mis à jour à 10:36
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
JA 77 : sécuriser son installation pour pérenniser son exploitation

Présidée par Mathieu Beaudoin, l’assemblée générale des JA 77, au Mée-sur-Seine le vendredi 13 février, a été émaillée de nombreux témoignages d’agriculteurs qui ont développé des activités ou révisé leur organisation pour pérenniser leur exploitation.

Ouverte par Samuel Vandaele, actuel secrétaire général de Jeune agriculteurs de Seine-et-Marne, l’assemblée générale du syndicat jeune s’est poursuivie par un rapport d’activité alliant humour, images d’actions syndicales et du dernier Festival de la terre.
Puis, la conférence animée par Sébastien Guerinot, jeune agriculteur du Provinois, a été l’occasion de présenter deux types d’adaptation développés par des agriculteurs pour pérenniser leur exploitation suite à une installation dans un contexte de perpétuelle baisse du nombre de celles-ci.

En effet, pour un jeune qui projette de s’installer, comment se lancer dans une activité économique face à la volatilité des cours ? Tout d’abord, trois témoignages d’agriculteurs — en matière de diversification des productions, de création d’un atelier de transformation et de rationalisation des charges — démontraient comment optimiser et développer son système de production. Dans un second temps, les témoignages ont porté sur la diversification d’une source de revenus dans les domaines de la valorisation des bâtiments agricoles, de la production d’énergies renouvelables ou d’une  double activité.

Au terme de la présentation de ces exemples, où chacun a évolué dans un univers différent tout en s’adaptant, Sébastien Guerinot a conclu : « Dans les années 1970 apparaissait un slogan : “Nous n’avons pas de pétrole, mais nous avons des idées.” Nous, nous avons les idées, mais il est difficile des mettre en place face à la rigidité des normes et de la réglementation. » « Ces témoignages sont plein d’ambition et un encouragement pour l’avenir. Ils montrent une belle image de l’agriculture », a poursuivi le secrétaire général de la FDSEA 77, Cyrille Milard.

Enfin, dans un contexte agricole difficile où le manque de visibilité est de mise, le président des JA a tenu à conclure son discours par une note positive : « J’ai confiance en l’avenir de l’agriculture. Nous sommes le premier maillon de la chaîne, un maillon fort car nous devons répondre à un besoin alimentaire mondial toujours croissant. » Le mot de la fin est revenu au secrétaire général de la préfecture.

Témoignages : des projets pour s'adapter

- Le projet de Bertrand Dormion  : développer un atelier ovin. Il s’est installé en 2007 sur l’exploitation familiale (quatre-vingt dix hectares et cinquante brebis) à Lizines. Alors qu’il a travaillé dans le secteur ovin auparavant — au sein d’une coopérative puis de la bergerie du lycée agricole de Crézancy —, il choisit de développer l’atelier ovin qui compte aujourd’hui trois cents brebis. Son but : lisser le revenu face à la volatilité des cours des céréales. « Je ne regrette pas mon choix, mais je ne compte pas mes heures. À la veille de la moisson 2014, alors que les cours étaient bas, j’étais serein. L’élevage valorise mes céréales », explique le jeune agriculteur.

- Le projet de Cédric Thomas : optimiser les charges d’exploitation. Agé de 42 ans, il a repris l’exploitation familiale en 2003. « Le  manque de main d'œuvre, associé à l’envie de faire quelque chose en commun a permis un regroupement d’exploitations. Ensuite, les atouts économiques ont pris le dessus », explique l’agriculteur. Aujourd’hui dix exploitations se sont rapprochées — environ deux mille hectares — mais il ne reste que trois chefs d’exploitation et quatre salariés. Les économies à grande échelle sont importantes. Un chiffre : sur les trente-et-un tracteurs que comptaient les dix exploitations, il n’en reste que cinq. L’assolement en commun, les associés y réfléchissent mais ils se heurtent à des problèmes administratifs. Ils mènent toutefois des assolements réfléchis ensemble.

- Le projet de Hubert Rabourdin : brasseur. Lors de son installation en 2009 à Courpalay, ses parents s’étaient diversifiés dans la production de bière. Aujourd’hui il s’apprête à ouvrir sa nouvelle brasserie dans d'anciens silos à grains rachetés en 2012. Si le site est atypique, il fait le lien avec la partie agricole mais également la notion de patrimoine. Son but : développer la bière de brie.

- Le projet de Gérald Duwer : une activité de service. Installé depuis 2012 en polyculture élevage au Plessis-Placy, il s’est lancé dans une activité d’estimateur de dégâts pour la FDC 77, « une activité où l’expérience fait beaucoup » selon ses dires. Actuellement, il termine également un cursus de trois ans pour devenir expert foncier. Toutefois, ces activités présentent deux difficultés — dépendance de la météo et pointes d’activités similaires à celles de l’exploitation. Pour l’instant, il bénéficie encore de l’appui de son père. Par la suite, il devra revoir son organisation.

- Le projet d'Olivier George : valoriser des bâtiments. Dix ans après son installation, l’année 2009 est compliquée pour une exploitation céréalière comme la sienne. De plus,   il dispose de bâtiments inutilisés. Il décide alors de les transformer en salle de réceptions qui ouvre ses portes en 2012. Suivront d’aménagement de couchages et d’un bâtiment pour les cocktails. « Les contraintes administratives et réglementaires ont été importantes », souligne l’agriculteur de La Chapelle-Moutils, qui a réalisé l’essentiel des travaux lui-même avec l’appui de son père.

- Le projet de Jacques-Pierre Quaak : les bioénergies. Lors de l’installation de son frère en 2008, il cherche avec lui à se diversifier par rapport au risque du marché agricole, dans un but : « Anticiper notre métier et trouver des éléments qui feront que nous serons toujours présents demain en tant qu’agriculteurs. » Ils optent pour les bioénergies : le photovoltaïque pour rentabiliser les surfaces importantes de bâtiments et la méthanisation agricole... Ils ont été les pionniers au niveau agricole à injecter le biométhane dans le réseau de GRDF.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages