Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Jaunisse nanisante, larves d'altises, septoriose... les défis techniques sont nombreux

par Marine Guillaume, mis à jour à 15:53
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Jaunisse nanisante, larves d'altises, septoriose... les défis techniques sont nombreux

En plaine, la douceur de l'hiver a des conséquences plutôt marquées cette année. Jaunisse nanisante, larve d'altises sur colza, septoriose et rouille sont notamment observées.

D'un point de vue sanitaire, ce printemps pourrait être qualifié de mouvementé. La douceur de l'automne et l'absence de gel une bonne partie de l'hiver ont en effet des conséquences assez marquées cette année dans les parcelles.

Partout, les conseillers techniques de la chambre d'Agriculture observent des cas de jaunisse nanisante sur blé et orge.

« C'est directement lié à la présence des pucerons à l'automne qui sont restés longtemps en raison des conditions météo », explique le conseiller du Cercle de Bréval-Limay (Yvelines), Benoit Savalle : « Les agriculteurs qui n'ont pas mis d'insecticides à l'automne ou qui n'ont pas fait de traitement de semences sont relativement touchés. »

Des pertes de rendement de 30 à 40 % pourraient être observées dans certaines parcelles.

En Essonne, la jaunisse fait aussi parler d'elle « comme le fait le plus marquant de l'année », souligne le conseiller du Cercle d'Étampes-Méréville, Emmanuel Griard : « Les parcelles en fond de vallée ou en bordure de bois sont davantage concernées mais la situation est assez générale. »

En Val-d'Oise, les cultures semblent légèrement moins touchées, « seules 2 ou 3 % des parcelles sont concernées », affirme le conseiller du Pays-de-France, Stéphane Boulet, qui alerte toutefois : « Certaines parcelles qui ont pourtant reçu une protection présentent quelques symptômes, c'est dire l'importance de l'agression. » Cela fait plus de dix ans qu'une attaque de cette ampleur n'avait pas été observée. 

« Cependant, cet automne, nos conseils avaient été clairs », affirment les conseillers : « Toutes les parcelles devaient avoir reçu une protection contre les pucerons. »

Autre fait marquant de l'année : les conséquences des larves d'altises observées sur les colzas à l'automne, surtout en Yvelines et Val-d'Oise. « Les cultures sont beaucoup moins vigoureuses et en tout cas, plus hétérogènes qu'une année normale », affirment Benoit Savalle et Stéphane Boulet. Des conséquences sur les rendements pourraient, là aussi, être observées.

« Au lieu de 35-40 quintaux sur mon secteur, certaines parcelles pourraient n'en donner que 15 ou 20 », estime Benoit Savalle.

Enfin, la pression septoriose n'épargne aucun secteur et tous les techniciens s'accordent à dire qu'il est nécessaire d'être vigilants.

« Pour le moment, elle est sous contrôle », affirme Stéphane Boulet, « mais on l'observe bien dans le bas des plantes et on voit qu'elle ne demande qu'à monter ». Là aussi, les programmes fongicides et le rythme des protections seront déterminants.

Quant aux adventices, les préoccupations sont grandes. Raygrass et vulpin sont présents en quantité et posent problème là où parfois ils n'étaient que rares.

« Le raygrass s'installe là où avant, nous étions encore épargnés », souligne Emmanuel Griard : « Pour cette année, cela ne devrait pas avoir une trop grande incidence mais c'est le début des soucis pour les années à venir. »

Le défi de la lutte contre les adventices est immense, la lutte chimique seule n'étant plus en mesure de contrôler les populations. Les conseillers de la chambre d'Agriculture testent les leviers agronomiques et sont déjà en mesure de proposer un ensemble de solutions à l'échelle de l'exploitation pour limiter au maximum la pression des adventices.

Toutes les plates-formes traiteront de ce sujet en juin.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages