« Je crains fortement le non-renouvellement des générations à venir »

par Laure Sauvage, mis à jour à 15:55
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
« Je crains fortement le non-renouvellement des générations à venir »

Philippe Heusèle, agriculteur à Chauconin-Neufmontiers (Seine-et-Marne), est président de la Coopération Agricole Île-de-France et secrétaire général de l'AGPB (Association générale des producteurs de blé).

« Il y a urgence à venir en aide aux agriculteurs. Les moissons d’été ont été très décevantes, très hétérogènes, et les récoltes d’automne à venir s’annoncent tout aussi décevantes. Bon nombre d’entre eux connaissent des problèmes économiques qui vont s’accroître si rien n’est fait rapidement.

Leur désarroi est d’autant plus grand qu’ils ont des moyens de production de plus en plus limités : hier les néonicotinoïdes  ; en janvier prochain, l’entrée en vigueur de la séparation du conseil et de la vente qui va compliquer inutilement la situation… Le tout lors d’une Pac en préparation. Il va sans dire qu’en l’état actuel je crains fortement le non-renouvellement des générations à venir, y compris en grandes cultures, majoritaires en Île-de-France.

À l’AGPB, par la voix d'Éric Thirouin, nous avons demandé au ministre de l’Agriculture, le 5 août, un plan d'urgence pour les céréaliers et que l’agriculture soit incluse dans le plan de relance de l’économie post-Covid qu’Emmanuel Macron présentera d’ici quelques jours. Des mesures concrètes et rapides doivent être prises pour soulager les trésoreries (avancée des aides Pac, exonération de la TFNB, etc.).

Mais au-delà de ce plan d’urgence, nous avons aussi besoin d’une politique de long terme car l’agriculture s’accorde mal avec des décisions de rupture — comme nous l’avons vu avec l’arrêt des néonicotinoïdes sans solution technique de remplacement —, et si nous sommes en phase avec la nécessaire évolution de notre agriculture, il nous faut plus de sécurité dans la prise de risque de nos agriculteurs.

Nous souhaitons par exemple que le règlement européen dit ''Omnibus'' s’applique. Il permet d’abaisser le seuil de déclenchement de l’assurance récolte climatique dès 20  % de pertes de rendement (au lieu de 30  % actuellement). Cette assurance serait ainsi plus efficiente et accessible à un nombre plus important d’agriculteurs.

Nous préconisons également que la Pac en préparation soit rééquilibrée sur ses deux pieds, avec un premier pilier des aides directes fort pour maintenir la compétitivité de nos exploitations par rapport à celles de nos voisins européens qui perçoivent davantage, ce qui entraîne des distorsions de concurrence, et un second pilier, plus régional, qui mette l'accent sur les aides à l’investissement et à l'innovation, notamment en productions végétales, et permette à nos métiers de rester attractifs et à nos entreprises de remplir plus sereinement trois missions majeures  : produire une alimentation de qualité et accessible à tous, rester un atout pour notre balance commerciale, et contribuer pleinement à une économie décarbonée. »

Propos recueillis par Laurence Augereau

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages