Jean-François Robert tire sa révérence après vingt-cinq ans de présidence

par Hervé Colin, mis à jour à 19:09
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Jean-François Robert tire sa révérence après vingt-cinq ans de présidence

La 25e assemblée générale de l'Association des irrigants d'Eure-et-Loir (AIEL), le 14 mars, a marqué la fin de la présidence de Jean-François Robert, dans une salle Mathurin-Régnier de la chambre d'Agriculture bien garnie.

Il y aurait sans doute un livre à écrire sur l'histoire de la gestion de l'irrigation en Eure-et-Loir. Et bien sûr, Jean-François Robert en serait l'un des personnages principaux.

L'homme, qui a pris la tête de l'Association des irrigants d'Eure-et-Loir (AIEL) dès sa naissance il y a vingt-cinq ans, a annoncé officiellement lors de l'assemblée générale de la structure le 14 mars à Chartres, qu'il cédait sa place.

Après qu'il a remercié tous ceux qui l'avaient aidé dans cette tumultueuse histoire et présenté son successeur, Marc Langé, toute la salle s'est levée pour l'applaudir. Juste avant cela, pour marquer cet anniversaire, les vingt-cinq ans de l'AIEL ont été passés en revue en vingt-cinq points par le président et son complice de toujours, Philippe Lirochon.

Ils sont revenus ainsi sur la genèse de l'association, qui a rapidement fédéré près d'un millier d'exploitants, et les différents épisodes qui l'ont construite.

Comme cette bataille qui l'a opposée en 1994 à une association de défense de l'environnement (l'Adpasec) autour de la Conie, qui avait fait condamner l'État à l'époque pour n'avoir pas interdit l'irrigation en usant de stratagèmes que l'AIEL avait réussi à démontrer.

Ou quand en 2008, à Orléans, il a fallu défendre bec et ongles le droit d'irriguer plus que quelques heures par semaine...

Pour parvenir à exister, l'association des irrigants s'est toujours basée sur cinq principes fondateurs de gestion rationnelle de la ressource, doublés d'une excellente connaissance des mécanismes de fonctionnement de la nappe de Beauce, comme l'ont rappelé les deux protagonistes. Jusqu'à être aujourd'hui reconnue comme un modèle de gestion collective de l'eau d'irrigation.

Un point que n'a pas manqué de souligner dans son intervention le président d'Irrigants de France, Éric Frétillère, soulignant également : « Vous avez deux chances extraordinaires ici, l'eau de la nappe de Beauce et Jean-François Robert ».

Plus traditionnellement, au début de la réunion, un point a été fait sur la situation de la nappe et des rivières du département. Ainsi, le niveau de la nappe de Beauce est sensiblement celui qu'il était l'an passé à la même époque, conduisant pour cette campagne à l'attribution d'un coefficient 1 pour les irrigants. La situation des rivières est toujours plus aléatoire et surveillée comme il se doit, néanmoins, globalement leur débit est sensiblement inférieur à ce qu'il était l'an passé à la même époque.

Concernant les cotisations, compte tenu de la bonne santé financière de l'association, il n'a pas été prévu d'augmentation pour 2019.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages