L'agriculture bio dans tous ses états aux Universités du soir

par Laure Sauvage, mis à jour à 14:38
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
L'agriculture bio dans tous ses états aux Universités du soir

La 22e édition des Universités du soir de la chambre d'Agriculture, le 23 septembre à Chartres, s'est inscrite dans le cadre de la Quinzaine de la bio et a traité de cette thématique.

« L'année 2018 a été une année record. Jamais autant d'agriculteurs ne se sont convertis au bio  », a souligné le directeur de l'Agence bio, Florent Guhl, invité par la chambre d'Agriculture à ses 22es Universités du soir, consacrées à ce thème lundi 23 septembre.

Une tendance forte, même en Eure-et-Loir, où cinquante exploitants ont franchi le pas cette année-là et une trentaine de plus en 2019, portant leur nombre resté stable très longtemps, à 175. Pour accompagner ce phénomène, la Chambre eurélienne dispose d'une équipe de trois conseillers.

Au fil de son intervention, Florent Gulh a précisé que la consommation de produits bio représentait aujourd'hui 5  % des achats — chaque Français dépensant environ 140 euros de produits bio par an — et que la France importait environ 30  % de ses besoins. Selon lui, comme il est nécessaire avant de se lancer en bio de vérifier qu'il existe localement des filières de collecte et de transformation, pour le département, il y a bien une demande en alimentation animale, fruits et légumes et en céréales pour la consommation humaine.

La suite de la réunion a permis à quatre exploitants de venir témoigner de leur conversion.

Parmi eux, Joël Auger, installé à Marseauceux en 1986, il a converti son exploitation tranquillement entre 1998 et 2010. «  Avec l'augmentation de la rotation, mon métier est devenu plus intéressant  », a-t-il souligné.

Pour sa part, David Aymard s'est présenté comme un néophyte  : «  En 2017, ça a commencé à me trotter dans la tête, la demande des consommateurs, celle des enfants, la pression médiatique… Et on voit de plus en plus de parcelles qui se salissent, la hausse des résistances, les ravageurs. Le système ne serait-il pas à bout de souffle  ? Alors j'ai sauté dans le train en 2018   ».

Benjamin Soulard a eu une autre démarche. Producteur maraîcher au Boullay-Mivoye, il vend toute sa production en direct par le biais d'Amap* et sur le marché de Dreux à travers une structure associative, l'Amabel. Pour lui, la difficulté a été de trouver du conseil  : «  Quand j'ai commencé, il n'y avait qu'un autre maraîcher bio en Eure-et-Loir. Je me suis rapproché de lui. Puis Bio-Centre a mis en place un accompagnement spécifique payant. Maintenant nous sommes un groupe et l'on échange beaucoup entre collègues  ».

Autre converti de longue date, Christophe Lécuyer a témoigné qu'il a embauché quelqu'un au moment de sa conversion, achevée en 2002. Pour lui, «  diversifier les cultures est un défi technique. Mais il y a surtout à appréhender ce que l'on va faire de ses productions, surtout en C2**. Beaucoup de producteurs bio n'y font pas attention…  ».

La plupart d'entre eux ont parlé d'une appréhension avant de se lancer  : «  C'est un saut dans l'inconnu, a relevé David Aymard, il faut apprendre de nouvelles techniques de désherbage, d'implantation. Et il y a des obligations, comme la certification, des questions qui se posent…  ».

Hervé Colin

* Association pour le maintien d'une agriculture paysanne
** deuxième année de conversion

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages