L'agriculture en débat à Bourges

par Laure Sauvage, mis à jour à 16:08
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
L'agriculture en débat à Bourges

Le 9 octobre, la Commission nationale du débat public* a fait une étape à Bourges (Cher) pour débattre de la future Pac, dans le cadre d'ImPACtons. La présidente de ce débat avait d'abord été invitée sur une exploitation.

En amont du débat officiel programmé vendredi 9 octobre en soirée à Bourges, Ilaria Casillo, présidente du débat ImPACtons organisé par la CPDP*, a été reçue sur une exploitation de polyculture-élevage du Cher par des élus de la FNSEA Centre-Val de Loire et de la chambre d’Agriculture régionale.

C’est sur l’exploitation d’Arnaud Lespagnol, président de la FNSEA du Cher, et d’Anne-Gaëlle Lespagnol, vice-présidente de la Chambre du Cher, située à Nohant-en-Goût (Cher), à une quinzaine de kilomètres à l'est de Bourges, que le temps d’échanges a eu lieu.

Installés depuis 2001, les exploitants possèdent trois ateliers. Un atelier d’élevage de naisseur-engraisseur (en partie) de 65 mères charolaises, un atelier de production de semences potagères et légumineuses sur 60 hectares, et enfin un atelier de production de céréales et oléoprotéagineux sur 146 hectares.

Pour Arnaud Lespagnol, « c’est une volonté historique de garder une forte diversification sur l’exploitation. Cela nous permet de répartir les risques et de sécuriser notre revenu ».

Malgré cette stratégie de développement bien en place et qui fonctionne, les exploitants ont tenu à interpeller Ilaria Casillo sur les sujets d’accès à l’eau et de soutien à l’agriculture notamment via la Pac.

Anne-Gaëlle Lespagnol a commenté  : « La récurrence des aléas climatiques, notamment la sécheresse, dégrade nos choix de cultures, notre niveau de production et donc notre revenu. La question de l’accès à l’eau à très court terme est capitale pour nos territoires, sous peine de menacer des exploitations de polyculture-élevage comme la nôtre ou de productions végétales. D’autant plus que de l’eau, nous en avons et en quantité. Ce sont juste des barrières administratives qui bloquent les projets et compromettent ainsi la pérennité de notre activité. Il est urgent de changer de regard sur l’accès à l’eau en agriculture car on parle bien au final d’alimentation pour l’Homme ».

Sur le sujet des soutiens, pour Arnaud Lespagnol, « en plus du climat, la baisse structurelle des aides de la Pac en région Centre-Val de Loire depuis la dernière réforme de 2013 nous laisse peu de marge de manœuvre pour se risquer à d’autres productions. On ne peut pas se louper, c’est pour ça que certains arrêtent alors qu’ils essayaient de trouver des alternatives. On est dans l’absurde. Nous avons besoin d’un réel rééquilibrage des aides Pac pour amortir cette transition demandée ».

Deux sujets forts du soutien et de l’accès à l’eau qu’a bien saisis la présidente du débat, Ilaria Casillo.

Dans son rôle, elle reste neutre, cependant, elle invite « tous les agriculteurs à se mobiliser pour faire valoir leurs problématiques, leurs positions et leurs demandes. Le débat est justement là pour mettre autour de la table les professionnels et les citoyens, pour que chacun puisse se comprendre ».

Le débat public**, qui s'est déroulé en trois temps, a eu lieu à la salle Duc-Jean à Bourges. Environ 90 personnes étaient présentes, dont une vingtaine d’élus de la FNSEA, de la chambre d’Agriculture et de Jeunes agriculteurs.

Un premier temps était consacré à la présentation du diagnostic agricole régional, réalisée par la Draaf, la DDT et la chambre d’Agriculture du Cher.

Puis dans un second temps, les participants pouvaient débattre au sein de chaque table ronde. Cinq tables de dix personnes ont ainsi traité de l’attractivité du métier d’agriculteur et cinq autres de l’accompagnement des installations et des transmissions.

Et enfin, un troisième temps a permis de mettre en commun toutes les contributions découlant de ces tables rondes. Des mesures fortes ont été répertoriées.

En voici quelques exemples  : concernant la communication, promouvoir le métier auprès des enfants via des campagnes de sensibilisation  ; concernant l’investissement, proposer le portage du foncier par un tiers pour aider le jeune dans son installation  ; concernant le soutien, favoriser les dispositifs d’aide permettant de sécuriser le jeune face aux aléas lors de ses premières années d’installation (ex.  : Dotation jeune agriculteur, gestion des risques).

Le renouvellement des générations est un enjeu crucial, comme l’a rappelé Etienne Gagneron, président de la chambre d’Agriculture du Cher  : « Aujourd’hui, seul un quart des départs sont renouvelés dans le département du Cher. Il est vital d’actionner des leviers pour faire rebondir nos territoires afin de donner de la perspective et l’envie aux jeunes de s’installer. La pérennité de l’activité agricole en dépend ».

Ce débat riche et transparent a rappelé que le dialogue entre parties prenantes est indispensable pour s’entendre et s’écouter. C’est d’ailleurs par la mobilisation à répétition des professionnels du secteur, que ces derniers réussiront à légitimer leurs pratiques auprès des citoyens.

FNSEA CVL

*La Commission nationale du débat public (CNDP) est l'autorité administrative indépendante qui garantit le droit à l'information et à la participation du public sur les grands projets, programmes ou plans ayant un impact sur l'environnement. ImPACtons a été décidé et organisé par la CNDP, qui en a confié l’animation et la mise en place à une Commission particulière (CPDP).

**Un « débat public » est une procédure du Code de l’environnement qui permet la participation de tous au processus d’élaboration d’une politique publique. Plus d'informations sur impactons.debatpublic.fr.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages