Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

L'agriculture se conjugue aussi au féminin

par Marine Guillaume, mis à jour à 16:22
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
L'agriculture se conjugue aussi au féminin

Elles ont la vingtaine - parfois la trentaine - et ont choisi de devenir agricultrices. Pour elles, pas question de se satisfaire d'un statut de « conjoint collaborateur ». Elles portent à elles seules des exploitations de plusieurs dizaines d'hectares, se collent aux tâches ingrates, participent aux événements les plus techniques et sont même parfois engagées syndicalement. Portrait de celles qui ont décidé de faire de l'agriculture, leur vie à plein temps.

Une femme au volant d'un tracteur ou bien couchée sous un engin pour y faire de la mécanique ou encore seule décisionnaire de la conduite d'une culture, il y a trente ans, c'était impensable ou presque dans bon nombre de fermes, en tout cas rarissime.

Aujourd'hui, la situation tend à changer et offre un nouveau visage à l'agriculture, celui d'un métier qui se féminise, doucement mais sûrement. De fait, 27 % des chefs d'exploitations françaises sont aujourd'hui des femmes – elles étaient à peine 8 % en 1970.

Si ce chiffre émane d'abord de l'évolution du statut de la femme-conjointe-collaboratrice - traditionnellement jamais vraiment absente de la ferme mais désormais plus visible - il n'en reste pas moins que la part des filles progresse dans les installations des moins de quarante ans ainsi que dans les effectifs de l'enseignement agricole.

Elles étaient 47 % en 2015 contre 41 % en 1995 et parmi elles, 34 % font le choix d'une filière de production agricole.

Une récente étude de l'institut de la statistique et de la prospective du ministère de l'Agriculture, Agreste, démontre également que les femmes sont motrices pour le développement de nouvelles activités dans les fermes.

Les exploitations dirigées par des femmes développent en effet davantage de vente en circuits courts (20 % contre 16 % pour une exploitation masculine), de diversification (16 % contre 14 %) et d'activités de loisirs à la ferme (5 % contre 1 %).

Une nécessité peut-être car l'étude souligne également que les exploitations dirigées exclusivement par des femmes sont souvent plus petites que celles de leurs homologues masculins.

Enfin, la « féminisation » des fermes est plus élevée dans les élevages (ovins, caprins...) ainsi que dans les cultures spécialisées (maraîchage, horticulture, viticulture...) mais les femmes osent aussi désormais s'installer en grandes cultures et l'Ile-de-France pourrait bien être un cas d'école.

Découvrez les portraits de trois femmes agricultrices : 

- Amandine Béguin, agricultrice à Sailly (Yvelines), enseignante en lycée agricole et secrétaire générale de Jeunes agriculteurs Ile-de-France,

- Laura de Winter, sur le point de reprendre la ferme familiale à Dampierre-en-Yvelines,

- Alix Heurtaut, à la tête d'une exploitation en grandes cultures à Villeneuve-sur-Auvers (Essonne).

Illustration : L'institut de la statistique du ministère de l'Agriculture, Agreste, a publié une infographie riche d'enseignements sur les femmes dans l'agriculture.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages