Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

L'Essonne vote un budget agricole en nette hausse

par Marine Guillaume, mis à jour à 18:01
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
L'Essonne vote un budget agricole en nette hausse

Le conseil départemental de l'Essonne a voté à l'unanimité un budget agricole de 3,6 millions d'euros pour la période 2017-2020.

C'est un soutien clair et fort que les élus essonniens ont adressé au monde agricole. Lundi 30 janvier, en séance plénière, le conseil départemental a adopté, à l'unanimité, un budget de 3,6 millions d'euros en faveur de l'agriculture pour la période 2017-2020. 

Une enveloppe en nette hausse par rapport au précédent budget. 

« Nous consacrerons 2,7 millions d'euros en investissement, soit 690 000 euros par an », détaille le président délégué en charge de la ruralité et du monde agricole, Guy Crosnier : « C'est un budget en hausse de 140 %. S'agissant des dépenses de fonctionnement, 880 000 euros sont alloués, soit 220 000 euros par an. Là, l'enveloppe augmente de 15 % ». 

Trois volets figurent parmi les priorités fixées par le Département. Le premier concerne le soutien à l'installation et à la transmission. « Nous souhaitons encourager les installations et favoriser la transmission en lien avec les organismes spécialisés ainsi que l'Etat et la Région », confirme Guy Crosnier avant d'ajouter : « D'autres actions seront aussi menées comme la promotion des agriculteurs et des productions à travers le soutien à des événements tels que le salon de l'Agriculture, la foire d'Etampes ou encore le Festival de la Terre des Jeunes agriculteurs. »

Des actions pédagogiques verront aussi le jour, notamment en facilitant les stages de collégiens dans des exploitations agricoles. 

L'exécutif essonnien compte aussi œuvrer pour « améliorer la compétitivité » des exploitations. 

« L'idée est de soutenir des pratiques plus durables et respectueuses de l'environnement, toujours dans une logique de recherche de compétitivité » précise Guy Crosnier : « Le département va renforcer ses investissements à vocation environnementale et faciliter l'accès aux conseils agronomiques. »

Dans ce second volet, il est également question de soutenir le développement des productions et des filières innovantes. 

« Là, l'objectif est d'accompagner les projets de diversification et des débouchés nouveaux, dont des points drive par exemple. Un point de vente sera d'ailleurs mis en place à la gare routière de Limours/Briis-sous-Forges d'ici peu et nous avons pour ambition d'étendre le dispositif aux gares RER. L'approvisionnement local des cuisines des collèges sera également un cheval de bataille tout comme la défense de nos productions spécifiques. Je pense notamment au cresson, au chanvre et aux plantes aromatiques dont le développement est imminent, sans oublier nos éleveurs, maraîchers, pépiniéristes et horticulteurs. »

  Le budget 2017-2020 permettra aussi d'accompagner des projets de territoire tel que celui de la base 217 de Brétigny-sur-Orge où des productions biologiques devraient être installées. 

Le troisième et dernier volet de ce budget agricole vise à garantir la fonctionnalité des espaces agricoles essonniens. « Nous travaillerons sur la circulation, le fauchage, le déneigement, la création de chemins latéraux ou d'aires de chargement pour les betteraves par exemple », détaille l'élu.

Enfin, un important travail sur le maintien des espaces agricoles sera mené : « Nous serons attentifs à la diversité des espaces ruraux et forestiers, au devenir du bâti agricole en accompagnant les agriculteurs dans la rénovation de certains bâtiments et nous travaillerons bien sûr en étroite collaboration avec des acteurs précieux sur le territoire, tel que le Parc naturel du gâtinais français ou encore l'association Terres et cités. » 

Le vote de ce budget agricole nettement revalorisé répond à une volonté forte du président du conseil départemental de l'Essonne, François Durovray qui a estimé qu'il ne « peut y avoir une politique de la ville sans une politique de la ruralité ». 

« L'exécutif s'attelle au quotidien à mettre un filtre rural sur chaque sujet afin de répondre aux besoins spécifiques », confirme Guy Crosnier. 

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages