L'État teste la présence de ses agents au sein des MSAP

par Laure Sauvage, mis à jour à 12:17
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
L'État teste la présence de ses agents au sein des MSAP

La préfète d'Eure-et-Loir, Sophie Brocas, a présenté les résultats d'une expérimentation mise en place dans les MSAP, le 1er juillet à Authon-du-Perche.

« Dans un département comme le nôtre, il y a quelques villes bien innervées en matière de Services publics mais dans le rural, là, tout d'un coup, avoir l'information ou l'accompagnement nécessaire devient compliqué. Or, les personnes qui vivent en milieu rural ne doivent pas être des citoyens de seconde zone  », a déclaré la préfète d'Eure-et-Loir, Sophie Brocas, en présentant à Authon-du-Perche le 1er juillet, les résultats d'une expérimentation visant à remettre les Services publics de l'État à proximité des habitants des zones rurales.

«  Nous ne devons pas perdre de vue notre mission  : être au service des citoyens. Nous nous sommes engagés pour ça, être utile aux autres  », a rappelé Sophie Brocas.

Dans cet esprit, elle a souhaité qu'à titre expérimental, des agents de l'État puissent être déployés, sur la base du volontariat, au sein de douze Maisons de services au public (MSAP) du département.

«  J'ai posé la question et nous avons eu quatorze volontaires qui ont accepté de faire le déplacement une fois par mois, a-t-elle précisé. Et les résultats de l'expérience sont intéressants  ».

Ces agents volontaires ont été formés et équipés d'ordinateurs sécurisés pour pouvoir se connecter à leur bureau. Ils étaient également munis d'un répertoire avec le numéro de téléphone d'une personne référente des différents services.

L'expérimentation a duré cinq mois à raison d'une permanence mensuelle.

«  Et nous allons la poursuivre avec vous pour plusieurs raisons, mais pas partout, a souligné Sophie Brocas. Nous allons continuer dans les deux MSAP où il y a un volume suffisant, ici et à Cloyes-sur-le-Loir. Ailleurs, ça ne me semble pas nécessaire mais nous allons leur proposer d'assurer la présence d'un agent de l'État en cas de prise de cinq rendez-vous  ».

Par ailleurs, le président de la République, Emmanuel Macron, ayant exprimé sa volonté de créer des «  Maisons France services  » lors de sa conférence de presse du 25 avril  : «  je lui ai parlé de cette expérience et il l'a trouvée intéressante. Elle sera généralisée, nous avons été précurseurs  », a pointé la préfète. 

À terme, ces Maisons France services pourraient être équipées de système de visioconférence pour organiser des rendez-vous à distance.

En attendant, 70  % des personnes ayant rencontré un agent de l'État lors de cette expérimentation sont repartis avec une réponse à leur question.

De leur côté, les trois quarts des agents de l'État engagés ont indiqué leur souhait de poursuivre cette mission, sous réserve qu'ils rencontrent effectivement du public.

Hervé Colin

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages