L'installation d'un poulailler contrariée par des opposants

par Laure Sauvage, mis à jour à 12:47
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
L'installation d'un poulailler contrariée par des opposants

Le projet d'installation d'un poulailler de 10 000 poules pondeuses à Argenvilliers par l'éleveur Bruno Debray et ses deux associés Christelle Gache et Nicolas Guyon, a provoqué une levée de boucliers.

« On ne s'attendait vraiment pas à ça, ni que ça prendrait une telle ampleur », s’inquiète Christelle Gache. Avec Nicolas Guyon et l'éleveur Bruno Debray, ils ont monté la SAS* Les maisons blanches avec pour objectif l'installation d'un poulailler de 10 000 poules pondeuses sur une parcelle éponyme de ce hameau d'Argenvilliers.

« Nous avons présenté le permis de construire à la mairie et nous avons obtenu l'accord du conseil municipal en juillet, explique Bruno Debray. Mais le premier adjoint de la commune s'est réveillé ensuite et a contesté l'accord sous prétexte que le projet serait passé discrètement dans les questions diverses et a demandé l'organisation d'une réunion publique. Et là, ça a été le pugilat. Nous n'avons absolument pas eu la possibilité de nous expliquer ».

Depuis, un collectif s'est constitué : « préserver les Maisons blanches », qui s'oppose à ce projet, arguant des nuisances qu'il pourrait occasionner.

« Les gens ont le droit de ne pas être d'accord, reconnait Bruno Debray, mais ils ne veulent pas discuter. Ils distribuent des tracts, et ont contacté les médias pour faire du bruit — l'Écho républicain, France 3. Heureusement que les journalistes ont bien fait leur travail et que nous avons pu nous exprimer. Maintenant, s'ils portent plainte, le problème c'est le délai. L'instruction pourrait prendre quelques années alors que le projet est dans les clous ». Or, pour l'éleveur, qui approche de la retraite, ce poulailler s'inscrit dans son projet de transmission.

De leur côté, les éleveurs ont le sentiment de tout faire pour que le poulailler soit accepté. Ainsi, pour répondre à l'un des arguments du collectif qui s'appuie sur la présence à proximité d'une zone Natura 2000, le dossier déposé en préfecture intègre cette dimension et respecte les critères préconisés.

« Nous avons modifié le projet de base pour répondre à toutes leurs objections. Le bâtiment se fera en bardage bois, nous allons planter une haie, un verger. Nous allons créer une bande de trente mètres pour que les poules n'aillent pas tout près des maisons. Nous allons installer un talus pour éviter tout risque de dérive vers la Foussarde. Le bâtiment sera construit à l’extrémité de la parcelle et comme elle est en pente, on ne le verra pas depuis le hameau. Les camions n'y passeront pas. Nous allons installer des panneaux photovoltaïque sur le bâtiment, de quoi alimenter quarante foyer... Je ne sais pas ce que l'on pourrait faire de plus. »

Depuis le départ, pour apaiser les tensions, Bruno Debray invite ses détracteurs à venir visiter son exploitation pour qu'ils se rendent compte que les poules ne sentent pas mauvais, qu'elles ne font pas de bruit, qu'il n'y a pas de mouches... Jusqu'à présent, ils avaient décliné l'invitation mais l'on finalement acceptée.

« Les choses commencent à s’apaiser. Nous n'avons jamais cherché à mettre de l'huile sur le feu, au contraire. Ce que je ne comprend pas c'est que les gens veulent du bio, du local, mais pas devant chez eux. Mais devant chez eux, c'est chez nous ! ».

* Société par actions simplifiée

Hervé Colin

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages