La Capdéa augmente son activité en luzerne bio

par Laure Sauvage, mis à jour à 12:55
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
La Capdéa augmente son activité en luzerne bio

La coopérative de déshydratation de luzerne Capdéa développe son activité et recherche des surfaces en luzerne bio en Seine-et-Marne.

Née de la fusion de trois coopératives auboises au début des années 2000, Capdéa traite au sein de ses trois usines de déshydratation 7700 hectares de luzerne, dont 700 hectares de luzerne bio, provenant de 700 adhérents. La coopérative, qui emploie une centaine de salariés, travaille également avec du maïs, de l’œillette, des pulpes, du sainfoin, du maïs…

Si le marché de l’alimentation animale représente 80 % de ses débouchés, elle fournit également des matières premières d’origine agricole à l’industrie pharmaceutique, pour l’alimentation humaine et réalise des prestations de services.

Face à la demande sociétale, l’activité de luzerne bio se développe. L‘usine traite 900 hectares de luzerne bio cette année contre 495 hectares en 2015. « On ne pouvait plus satisfaire la demande, notre outil industriel était saturé », explique le président de la coopérative, Didier Maudoux, alors que le projet d’extension du site de Marigny-le-Châtel (Aube) a été acté début juillet lors de l’assemblée générale de la coopérative.

Le « projet ++AB », qui signifie « plus de balles, plus de capacité », représente le plus gros projet en déshydratation depuis 15 ans en France. Au total, ce projet permettrait de traiter à terme 1 600 hectares (400 hectares en conventionnel et 1 200 hectares en bio) de luzerne complémentaire en provenance de l’Aube, de Seine-et-Marne (un bassin de production de 240 hectares en bio existe déjà autour de Coulommiers) et du Nord de l’Yonne.

L’ensemble de la production sera transformé en balles. En agriculture biologique, la valeur ajoutée étant supérieure, la collecte est possible dans un rayon de 80 km autour de l’usine, d’où une augmentation possible des surfaces en luzerne bio sur le bassin existant de Coulommiers et dans la zone intermédiaire, notamment sur les zones de captage.

Les nouvelles surfaces (500 hectares en Seine-et-Marne) viendront de coopérateurs actuels qui souhaitent augmenter leur sole en luzerne ou de nouveaux producteurs qui deviendront obligatoirement coopérateurs.

« La luzerne est le seul moyen de lutter contre le chardon en agriculture biologique, note le vice-président de la Capdéa, Olivier Viaene, alors que la culture, implantée pour 3 ans, est récoltée quatre fois. Elle capte l’azote de l’air pour le sol, et représente un atout pour la biodiversité. En conversion bio, la luzerne est un levier important : aide au désherbage, apport d'éléments nutritifs, culture bas intrants... Elle est économiquement obligatoire et couvre généralement 20 à 30 % de l’assolement ».

Le projet de la Capdéa fait suite à 5 ans d’études et à l’élaboration d’un cahier des charges pour se projeter à 20 ans. Il s’appuie sur quatre partenaires (région grand-Est, Ademe, agence de l’eau Seine-Normandie et agence Bio) qui apportent un concours financier à l’investissement de 13 millions d’euros. Le site fonctionnera à 90 % au bois.

Le projet permet un développement sur l’ensemble du territoire, même si un regret se fait jour : impossible de construire une nouvelle usine aujourd’hui, d’où le choix d’agrandir un site existant. La nouvelle unité fonctionnera dès avril 2021. Les producteurs intéressés doivent se faire connaître rapidement.

Laurence Goudet-Dupuis

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages