La certification HVE, une opportunité pour les éleveurs

par Laure Sauvage, mis à jour à 10:57
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
La certification HVE, une opportunité pour les éleveurs

La chambre d'Agriculture a organisé à destination des éleveurs le 16 décembre à Miermaigne, des Universités du soir sur le thème de la certification HVE.

« Le sigle HVE (Haute valeur environnementale) n'est pas nouveau, il existe depuis quinze ans  », a expliqué Éric Thirouin, le 16 décembre à Miermaigne, lors des Universités du soir organisées sur ce thème par la chambre d'Agriculture qu'il préside, ajoutant  : «  la vrai nouveauté c'est le mot écoschème, qui a à voir avec la Pac. Aujourd'hui, il faut respecter certaines règles pour avoir accès aux aides du premier pilier (DPB).

Demain, l'Europe va remettre un cran. Elle va enlever des aides du premier pilier pour les mettre sur l'écoschème. On s'oriente vers 20 à 30  %, soit environ 10  000 euros pour une ferme en Eure-et-Loir  » 


Aussi, le dispositif français de la certification HVE, pourrait devenir une mesure pour bénéficier des futures aides Pac liées à l'écoschème. La question posée lors de cette réunion était donc de savoir quelles conséquences cela pouvait avoir pour les éleveurs. Mais comme elle ne concerne que les cultures  : «  ils ne seront pas embêtés pour leurs élevages  », a pointé le président.

La certification HVE compte trois niveaux. Le premier correspond à peu près aux actuels critères du verdissement et permet d'éviter 80  % des contrôles. Pour sa part, le niveau trois est plutôt destiné aux exploitations qui cherchent à pénétrer un marché, qui veulent capter de la plus value et pouvoir afficher le logo. Il y a obligation de résultat. C'est donc le niveau 2 qui est visé.

Pour Éric Thirouin  : «  ce niveau pourrait être accessible à tous. Il va néanmoins falloir accompagner chacun car c'est une démarche complexe  », a-t-il souligné. Celle-ci repose sur un audit et une validation par un organisme de conseil, valable trois ans. Elle peut être collective. Pour y parvenir, il y a une obligation de moyens. Il faut répondre à seize exigences dans quatre grandes thématiques  : biodiversité, stratégie phytosanitaire, gestion de la fertilisation et gestion de la ressource en eau. Ce dernier point ne concernant que les irrigants.

«  Nous réfléchissons aussi à d'autres solutions pour avoir accès à l'écoschème, peut-être par le biais de l'agriculture précise qui repose sur la traçabilité et le suivi parcellaire  », a précisé Éric Thirouin.

D'un point de vue pratique, Maud Évrard et Thomas Gaujard, conseillers de la Chambre, ont vérifié la faisabilité de cette certification pour les élevages euréliens.

Selon eux  : «  le niveau 2 est facilement accessible. Cependant, pour certains, il faut prévoir de faire un plan de fumure pour le phosphore, indiquer les facteurs déclanchants les traitements phytosanitaires et être à jour de ces enregistrements  ».

Par rapport aux points à vérifier, si un écart mineur est signalé, l'exploitant doit se mettre en conformité lors du prochain audit, si c'est un écart majeur, il dispose de six mois pour le faire.

Quant à la certification de niveau 3, son option A est relativement facile a atteindre pour les éleveurs, à condition de bien réfléchir sa stratégie phytosanitaire. Néanmoins, pour ne pas la dénaturer, il convient de la réserver à ceux qui transforment leur production.

Hervé Colin

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages