La chambre de région réunie pour sa première session

par Marine Guillaume, mis à jour à 10:19
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
La chambre de région réunie pour sa première session

La chambre d'Agriculture de région Île-de-France a tenu sa première session ordinaire jeudi 5 avril à Paris.

Pour sa première session ordinaire depuis sa création en janvier dernier, la chambre d'Agriculture de région Île-de-France a réuni l'ensemble de ses élus dans l’hémicycle du conseil régional à Paris jeudi 5 avril.

Après une matinée à huis-clos, les travaux de l'après-midi ont été introduits par la vice-présidente de la Région Île-de-France en charge de l'agriculture, Alexandra Dublanche. L'élue a évoqué les ambitions de la Région — via le Pacte agricole qui sera voté en mai — pour une ferme francilienne « plus résiliente, autonome et compétitive, qui dégage plus de valeur ajoutée en ayant moins recours aux intrants ».

Le président de la chambre de région, Christophe Hillairet, a ensuite ouvert les discussions en alertant les élus sur quelques sujets d'actualité dont un projet de déclassement des boues de station d'épuration en amendement et non plus en déchet. « Ce serait oublier quinze ans de combat sur le sujet », a prévenu Christophe Hillairet.

Aussi, a été évoqué le sujet des retards de paiement de l'ASP et le soutien à la conversion en agriculture biologique pour les exploitations engagées dans cette démarche.

Un temps d'échanges a été consacré à l'actualité foncière : le projet d'Invivo sur l'autoroute A1, à propos duquel la chambre déplore « que les agriculteurs locaux ne soient ni informés ni consultés, pas plus que les coopératives du secteur ». Sur le plateau de Saclay (Essonne), le réaménagement de la D36 pose problème car des drainages ont été endommagés, détruisant des parcelles entières qui se trouvent inondées. Aussi, l'élue référente, Laurence Fournier, a soulevé un différend avec l'État concernant la présence de membres de chambre en CDPNAF dans des dossiers où doit s'appliquer la compensation agricole.

Enfin et malgré quelques discussions, une délibération a été votée affirmant l'opposition de la chambre d'Agriculture à l'implantation de panneaux photovoltaïques sur des terres agricoles.

L'élu référent pour l'agriculture biologique, Thierry Guérin, a souligné « l'explosion de projets de conversion en bio pour l'année 2018 », environ trois fois plus que l'an dernier. La tenue de Tech&bio le 20 juin en Essonne a été rappelée. Le président de la chambre soulignant : « C'est un événement dédié à l'agriculture bio qui intéressera également les conventionnels car de nombreuses techniques sont reproductibles ».

Côté innovation, les élus ont acté l'arrivée de stations météo connectées en plaine (plus de deux cents déployées), de sondes connectées pour l'irrigation (environ une soixantaine) et la mise en place d'une ferme-pilote en Essonne. Est également en projet une application mobile pour la vente de paniers en gare.

Outre les inondations, un point sensible a été débattu : celui des points d'eau dans le cadre des ZNT (Zones non traitées). « Le préfet Michel Cadot a décidé d'inclure toutes les mares et tous les points d'eau qui existent sur une carte IGN, sauf les points d'eau notoirement inexistants ! », a rapporté l'élu référent, Luc Janottin, signifiant à cette occasion l'opposition ferme de la chambre sur cette décision.

Autre point sensible, la définition d'une période de huit semaines pour la présence des Cipan que la chambre souhaite laisser à la libre appréciation de chaque exploitation quand l'administration demande une période fixe et définie par département.

Enfin, la MAE Biodiversité a suscité un très fort intérêt. Les primo-demandeurs seront favorisés.

La chambre d'Agriculture travaille au renforcement de l'accompagnement des porteurs de projets et au développement du conseil post-installation.

Aussi, les élus chambre ont voté une délibération en faveur de la création d'une filière viticole en Île-de-France. Une réflexion est également en cours sur une filière blé-farine-pain.

Après ces riches échanges, la présidente de la Région Île-de-France, Valérie Pécresse, est venue clore les débats, signifiant à nouveau son attachement au caractère rural et agricole du territoire et renouvelant ses engagements de soutien notamment via le Pacte agricole en cours de préparation.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages