La chambre régionale se sent plombée par le gouvernement

par Marine Guillaume, mis à jour à 17:20
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
La chambre régionale se sent plombée par le gouvernement

La chambre régionale d'Agriculture Seine-et-Marne/Ile-de-France a tenu sa session d'automne dans un climat de morosité.

À l'instar des structures départementales, la chambre régionale d'Agriculture Seine-et-Marne/Ile-de-France s'inquiète pour son avenir alors que la loi prévoit de diminuer les recettes publiques et de prélever cinquante-cinq millions d'euros sur les fonds de roulement des chambres d'Agriculture. Jeudi 18 décembre, la session d'automne s'est donc déroulée dans un climat plutôt morose au siège de l'Assemblée permanente des chambres d'Agriculture (APCA) à Paris.

Le président de la chambre régionale, Hervé Billet, a même tenu des propos alarmants. « Compte tenu de la physionomie des comptes et du contexte actuel, si rien ne bouge, j'ai bien peur que nous procédions en 2015 à l'enterrement de la chambre régionale. » Tout l'après-midi, les travaux se sont donc orientés logiquement sur les questions budgétaires et financières avec la présentation des comptes. « Nous aboutissons à un résultat déficitaire de -129 204 euros et une diminution de notre fonds de roulement de 136 204 euros », a fait savoir le directeur de la chambre régionale, François du Paty. « Nous manquons d'informations précises sur les ressources dont nous disposerons. Nous attendons des réponses concrètes, notamment du conseil régional d'Ile-de-France mais celui-ci maintient le flou et nous subissons », a ajouté le président Hervé Billet avant de lancer un avertissement : « Cela augure des relations compliquées et d'un avenir sombre pour nos chambres d'Agriculture. Il faudra que chacun mesure les conséquences de ses actes. »

Par ailleurs, les membres de la chambre ont regretté l’absence de représentation du conseil régional. La session s'est poursuivie par une intervention, très attendue et écoutée, du président de l'APCA Guy Vasseur, qui a assisté à cette session d'automne. « Le gouvernement cible les chambres d'Agriculture dont les comptes sont bien gérés. On aboutit à une punition au lieu d'une reconnaissance », a t-il déploré : « Le pays s'enfonce dans la culture du déficit et ce qui arrive n'est ni plus ni moins qu'un hold-up mais ce n'est pas l'agriculture et les paysans qui ont entraîné la France dans cette situation. Nous avons continué à produire, la machine agricole ne s'est jamais arrêtée, nous n'avons pas causé de perte d'emplois massive dans le pays mais si ça continue, ça sera le cas. »

Le président de l'APCA a ensuite annoncé « l'engagement du gouvernement à créer une mission pour mesurer les conséquences et la soutenabilité des mesures. Le combat n'est pas fini. » Hervé Billet a souligné que l’effort des trois chambres représente près de 10 % de la contribution nationale. Autre sujet d’actualité, le président de la chambre régionale a abordé les premiers effets de la Pac 2014-2020. Les résultats économiques de l’année 2013 et les résultats prévisionnels de 2014 sont un des signes annonciateurs de plusieurs années noires pour l’agriculture francilienne. « L’incohérence de cette politique fait qu’aujourd’hui, toute l’agriculture est en difficulté, particulièrement ceux que l’on voulait voir préservés. »

 La session a permis d’aborder deux autres points de crispation pour les agriculteurs dans la région : le changement de règlementation des Surfaces équivalentes topographiques (SET) devenant désormais Surfaces d'intérêt écologique (SIE) alors que les emblavements sont en cours et l’entretien des zones humides soumis à des restrictions.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages