La Cuma de la Vallée du Loir fête son jubilé

par Laure Sauvage, mis à jour à 16:39
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
La Cuma de la Vallée du Loir fête son jubilé

2020 marque le cinquantième anniversaire de la Cuma de la Vallée du Loir. L’occasion de vous présenter son histoire et sa stratégie.

La Cuma de la Vallée du Loir célèbre cette année son cinquantième anniversaire.

À sa naissance, la structure s’appelait la Cuma de la Chamoinerie. Le canton de Montoire-sur-le-Loir constituait son rayon d’action et son siège social se trouvait à la mairie de Saint-Martin-des-Bois. La coopérative comptait douze adhérents et sa première acquisition fut une ensileuse.

En un demi-siècle, cinq présidents se sont succédé  : Norbert Chevereau, Michel Bioré, Yves Levieuge, Gilles Souriau et Corentin Lemoine.

En 1986, la coopérative prit son nom actuel lors de son installation sur un terrain de 3  000 m2 avec, à la clé, la construction d’un bâtiment composé d’un hangar pour le matériel et d’une salle de réunion. La première édition du salon de l’innovation au champ se déroula en 1990.

Ensuite, tous les ans, des journées portes ouvertes eurent lieu avec vente d’huile de moteur et présence des concessionnaires locaux. Innov’Cuma 2018 fut marqué par des démonstrations de moissonneuses-batteuses. Le broyage de branches fut la thématique de l’année suivante. L’événement attira cent cinquante visiteurs.

Éleveur de bovins viande, Corentin Lemoine a adhéré à la Cuma lors de son installation en 2010 à la suite de son père et de son oncle.

Administrateur depuis 2012, le professionnel a été secrétaire puis vice-président avant de prendre la présidence en 2019. Également éleveur de bovins viande, Cyril Bonhomme, secrétaire, a adhéré à la Cuma en 2008 et est devenu administrateur six ans plus tard.

Les deux dirigeants déclarent  : «  En cinquante ans, la taille moyenne des exploitations a doublé  : 80 ha en 1970 et 150 ha en 2020. Nous avons des éleveurs laitiers, des éleveurs de troupeaux allaitants, des éleveurs hors-sol (porcs et volailles) et des céréaliers, etc. Les outils coûtent de plus en plus cher et la main-d’œuvre est rare. Grâce à la Cuma, les adhérents disposent d’un large panel de matériels.  »

En 2019, la coopérative a acquis plusieurs outils  : un broyeur de branches (17  000 euros), une benne de travaux publics (35  000 euros) et une déboucheuse de drains (12  000 euros). Plusieurs matériels ont également été renouvelés  : une mini-pelle (35  000 euros), un cover-crop (36  000 euros), un plateau à paille (14  000 euros) et deux faucheuses-conditionneuses (54  000 euros). Cette année, un nouveau pick-up (28  000 euros) a été mis en service. Son prédécesseur avait vingt ans d’âge  !

En raison de la spécificité du matériel, certaines activités sont proposées avec un conducteur  : ensilage, pressage, enrubannage, semis de maïs et binage. Les autres activités sont organisées par groupe  : les adhérents utilisent eux-mêmes le matériel.

«  Notre coopérative résiste au temps car elle est multi-services  », commentent Corentin Lemoine et Cyril Bonhomme. Qui ajoutent  : «  Soit on reste petit et le conseil d’administration et le bureau gèrent. Soit on devient plus gros et un poste administratif devient nécessaire. Or les agriculteurs ont une exploitation à faire fonctionner. (…) En élevage, on a besoin des autres. Or, pentues et inondables, les terres du secteur ne sont pas facilement cultivables. Sans élevage, celles-ci retourneraient en friches.  »

Il y a un référent par matériel. Chaque activité est économiquement indépendante. Celle-ci doit donc être équilibrée. La coopérative dispose d’une comptabilité classique et d’une comptabilité analytique. Tout projet est soumis au conseil d’administration.

Si suffisamment de personnes sont intéressées, la Cuma investit. «  Nous essayons de répondre aux besoins des adhérents  », concluent les dirigeants de la coopérative.

Née en 1970, la Cuma de la Vallée du Loir compte 250 adhérents. Réalisant un chiffre d’affaires de 430  000 euros, la structure, dont le siège se trouve à Saint-Martin-des-Bois, intervient dans les départements du Loir-et-Cher, de l’Indre-et-Loire et de la Sarthe.

La coopérative compte deux salariés  : une secrétaire-comptable et un conducteur-mécanicien. Les principales activités sont les suivantes  : ensilage, triage, pressage, enrubannage, épandage et déchaumage, etc. La valeur du parc matériel de l’entité s’élève à 1,8 million d’euros.

Olivier Joly

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages