La FDSEA devient FNSEA 28

par Laure Sauvage, mis à jour à 16:03
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
La FDSEA devient FNSEA 28

La FDSEA d'Eure-et-Loir a tenu sa 74e assemblée générale le 6 mars à Chartres. L'occasion de parler du projet régional, de revenir sur une année bien remplie ou de faire le point sur la stratégie de la FNSEA.

C'est dans une salle Mathurin-Régnier de la chambre d'Agriculture bien garnie que c'est déroulée à Chartres le 6 mars, sous la présidence de Bertrand Petit, la 74e assemblée générale de la FDSEA d'Eure-et-Loir.

Qu'il conviendra d'ailleurs de nommer désormais FNSEA 28. Un changement de nom déjà entériné, concernant notre zone de diffusion, pour le Loiret, le Loir-et-Cher ou encore la région.

La première partie des travaux de la partie publique de la réunion a donné à Émilie Pichon l'occasion de parler du projet groupe de la FNSEA Centre Val-de-Loire, qu'elle dirige : « Le groupe FNSEA CVL est un rapprochement des six structures départementales et de la FNSEA CVL. L'idée n'est pas de concentrer tout le monde mais de rester au plus près de chacun sur le territoire », a-t-elle expliqué.

L'objectif affiché est d'offrir plus de services aux adhérents, d'accompagner les projets individuels ou collectifs, de développer la communication et d'avoir plus de poids dans les médias.

Ensuite, par le biais d'une vidéo, le syndicat est revenu sur ce qui a constitué son activité au fil de l'exercice. Une année bien remplie, marquée par la victoire de la liste commune portée par la FDSEA et Jeunes agriculteurs aux élections des membres de la chambre d'Agriculture en février et par un certain nombre d'actions menées pour la défense de la profession et qui se sont achevées en point d'orgue par le déferlement d'un millier de tracteurs à Paris, fin novembre. 

Après l'intervention du journaliste Christophe Dequidt à propos de l'engagement des jeunes agriculteurs, c'est le secrétaire général adjoint de la FNSEA, un certain Éric Thirouin, qui a pris la parole.

L'ancien président emblématique du syndicat départemental a souhaité revenir sur le virage stratégique pris par la FNSEA dans sa défense de la profession. « Nous sommes dans une transformation profonde du syndicalisme. Jusqu'à il y a trois ans, nous fonctionnions exclusivement sur un mode défensif. Nous ne manquions pas d'arguments mais nous nous sommes dit que ça ne pouvait plus durer, qu'il fallait aller de l'avant », a-t-il expliqué.

« Notre dernière défaite cinglante c'était il y a trois ans, quand on nous a interdit l'usage des néonicotinoïdes sans aucune solution », a relevé Éric Thirouin. D'où l'élaboration du Contrat de solutions : « Avec un message clair, vous voulez que l'on réduise l'usage des phytosanitaires, alors d'accord mais il nous faut des alternatives. Quand je l'ai présenté à Élise Lucet* pendant une heure, vous n'avez rien vu à la télé parce que ça ne colle pas dans le scénario de ceux qui veulent nous flinguer. De la même façon, la télé est venue deux fois sur nos réunions Nos voisins les agriculteurs, et comme c'était trop positif, rien n'est passé. Aujourd'hui, il y a moins d'articles à charge, j'ai l'impression que les choses sont en train de basculer », a-t-il pointé.

Selon lui : « Tout ceci doit vous redonner confiance dans le travail que l'on fait au quotidien. Si vous avez un syndicalisme qui arrive à discuter avec les médias, et bien cela change tout. Il s'est passé la même chose pour le glyphosate. Il y a trois ans, le Président de la République, sur un tweet, annonçait son intention de l'interdire. Cette année, je l'ai reçu sur le stand de l'AGPB au Salon et c'est lui qui a dit que l'on n'allait pas complètement l'interdire... À force d'expliquer les choses, elles évoluent. Aujourd'hui, nous attendons les conclusions de l'Anses qui regarde les choses de façon scientifique. Et ça, c'est la victoire syndicale que vous avez obtenue en manifestant à Paris et que le Ministre est sorti en disant « la science, rien que la science ». Et c'est énorme ! ».

Hervé Colin

*Dans le cadre d'un numéro d'Envoyé spécial (France 2) consacré au glyphosate, diffusée en janvier 2019.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages