La FDSEA et JA en nombre devant la préfecture lundi soir

par Hervé Colin, mis à jour à 19:40
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
La FDSEA et JA en nombre devant la préfecture lundi soir

Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir, avec le soutien de la FDSEA, a mobilisé une bonne centaine d'exploitants dans la soirée du 3 décembre à Chartres. Dans le calme, des pierres ont été déversées devant la préfecture tandis qu'une délégation était reçue par la préfète, Sophie Brocas.

Le sol de la capitale de la Beauce a tremblé quand les agriculteurs ont déversé des tonnes de pierres devant la préfecture. En effet, dans le calme, sans dégradation — et sans gilet jaune —, Jeunes agriculteurs d'Eure-et-Loir, avec le renfort de la FDSEA, a organisé une action à Chartres lundi soir.

« Qui sème des taxes récolte des pierres », tel était le slogan de cette manifestation qui a rassemblé une bonne centaine d'exploitants.

Elle avait pour objectif initial de provoquer une rencontre avec la préfète d'Eure-et-Loir, Sophie Brocas. Une demande exprimée par les adhérents depuis plusieurs jours.

La délégation était composée du président de Jeunes agriculteurs, Rémi Rousseau, du président de la FDSEA, Bertrand Petit, du responsable de la communication de JA, Séverin Sergent, et d'un jeune exploitant, Florian Huet.

La rencontre, qui a duré deux bonnes heures, a permis d'exprimer un certain nombre de revendications. Au premier rang desquelles, les refus de la hausse de la Redevance pollutions diffuses (RPD) et de la séparation de la vente et du conseil des produits phytosanitaires, qui sont comme autant de taxes supplémentaires, ainsi que l'expression du ras-le-bol de l'agribashing ambiant.

« Vous avez peut-être eu l'impression de n'avoir pas fait grand-chose mais depuis le sous-sol où nous étions, c'était impressionnant. Les pierres de l'agriculture ont troublé la préfète. Je suis content, il y a du monde et vous êtes pacifiques. Il n'y a que comme ça que l'on se fera entendre. Je vous dis à bientôt, sûrement à la semaine prochaine. Motivez vos voisins, dites-leur de venir, c'est le nombre qui fait la force de nos actions », a déclaré Bertrand Petit avant la dispersion des troupes.

Avant cela, les quatre membres de la délégation ont relaté leur rencontre avec les représentants de l'État au cours de laquelle de nombreux sujets ont donc été évoqués.

Si ceux évoqués plus haut et celui du retrait de produits phytosanitaires ont pris une place importante, il a été question aussi de permettre aux agriculteurs de décider seuls de la date de semis des SIE, de l'insuffisance de l'exonération de 30 % de la TFNB sur les prairies à la suite de la sécheresse, de la dénonciation des fermes-usines par des ONG ou encore de transition énergétique...

La plate-forme lancée par l'État sur le glyphosate a également été évoquée : « J'ai interpellé la préfète en lui disant que je ne comprends pas cet agribashing sur le glyphosate alors que sur ce site il est indiqué que 700 000 tonnes de glyphosate sont consommées chaque année dans le monde et seulement 9 100 tonnes en France, soit 1,3 %. Comment faire croire aux Français qu'ils vont se débarrasser de ce produit quand on en importe autant ? », s'est interrogé Bertrand Petit.

« J'ai trouvé que la préfète était à l'écoute, a confié Rémi Rousseau. Elle veut comprendre les choses et a la volonté de travailler là-dessus. Elle a compris que nous n'étions pas contre le modèle que l'on voulait nous imposer mais que le virage était trop brutal. Il faut investir dans la recherche comme le fait la Chambre à hauteur de 20 % de son budget et nous aider à moderniser nos exploitations vers une prise en compte environnementale. Mais nous voulons conserver un panel de produits à utiliser raisonnablement sous peine de voir exploser les résistances ».

Des demandes que l'État devrait pouvoir entendre mais qu'il faudra peut-être répéter...

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages